Muse a embrasé des fans extatiques samedi soir à La Cigale

Par @Culturebox
Mis à jour le 26/02/2018 à 22H52, publié le 26/02/2018 à 17H48
 Matthew Bellamy et à l'arrière-plan, le bassiste Christopher Wolstenholme, samedi 24 février 2018 à La Cigale, à Paris

 Matthew Bellamy et à l'arrière-plan, le bassiste Christopher Wolstenholme, samedi 24 février 2018 à La Cigale, à Paris

© Hans-Peter van Velthoven / Warner Music

Muse, trio anglais de rock vibrant et épique, a littéralement fait chavirer le public de la Cigale samedi soir à Paris, jouant des chansons très anciennes, rarement voire jamais présentées sur scène jusque-là, lors d'un concert exceptionnel "by request" retransmis sur les réseaux sociaux et pour lequel les fans avaient été appelés à choisir en ligne leurs titres préférés.

Le concert parisien de Muse à La Cigale, une performance rare pour un groupe habitué à s'exprimer le plus souvent dans de vastes espaces, préfigure la sortie du nouvel album qui succédera d'ici quelques mois à "Drones" (2015), et sur lequel travaille actuellement le trio de Matthew Bellamy (chant, guitare, piano), Christopher Wolstenholme (basse, chœurs) et Dominic Howard (batterie, percussions). Mi-février, au moment d'annoncer la tenue de ce concert, Muse avait posté le clip d'une nouvelle chanson qui figurera sur le disque.

Très en forme, le groupe de Matthew Bellamy, épaulé sur scène par le multi-instrumentiste Morgan Nicholls, a interprété samedi soir une vingtaine de titres durant une heure quarante cinq d'extase pour les heureux détenteurs d'un billet. La Cigale, c'est une jauge modeste d'un millier de places environ : rien à voir avec les grands stades qui affichent complet en quelques minutes quand des groupes mastodontes comme Muse y sont programmés.
Muse à La Cigale, photo prise du fond de la scène (24 février 2018)

Muse à La Cigale, photo prise du fond de la scène (24 février 2018)

© Hans-Peter van Velthoven / Warner Music
Pour ce show, seuls pouvaient glaner deux places - maximum - les fans inscrits sur le site de Muse au plus tard le 6 février, soit environ dix jours avant l'annonce-surprise du concert parisien... Les heureux élus étaient invités à voter pour les titres qu'ils souhaitaient entendre en live. Leurs choix se sont portés sur de nombreuses chansons anciennes, extraites notamment du premier album "Showbiz" (1999 - deux titres dont le somptueux "Muscle Museum") et surtout de l'énorme "Origin of Symmetry" (2001 - cinq titres dont l'affolant "Plug in Baby" et le déchirant "Space Dementia").

Euphorie collective

21h05. Après quelques olas, le public ardent est récompensé pour sa patience : Matt Bellamy, tee-shirt noir et jean rouge, le bassiste Christopher Wolstenholme, tee-shirt imprimé (oiseaux blancs sur fond noir façon Matisse), le batteur Dominic Howard, tee-shirt ample blanc sans manches, et Morgan Nicholls, le discret quatrième homme, surgissent, décontractés. Cela semble à la fois naturel et irréel de les voir à quelques mètres seulement. D'habitude, on les aperçoit en format fourmi depuis le fond d'une grande salle, ou en très grand... sur un écran dans un stade de foot.

Après avoir applaudi le nouveau titre "Thought Contagion", le public s'embrase sur "Hysteria", l'un des morceaux les plus puissants d'"Absolution" (2003), le troisième album studio de Muse. Ce n'est qu'un début. Les moments d'euphorie collective vont s'enchaîner durant le concert, les fans reconnaissant dès la première seconde les intros de certains morceaux parmi les plus anciens, les moins joués sur scène, les plus cultes, de la discographie de Muse.
"Hysteria" (2003) à La Cigale - vidéo amateur
Le public tombe en fusion lorsque le groupe joue "New Born" - avec sa fameuse intro aux claviers par Bellamy -, "Eternally missed" (la face B de "Hysteria", une rareté absolue sur scène), "Uprising", "Showbiz", titre éponyme du premier album, arrivé en tête des votes en ligne.

À de nombreuses reprises, dans la fosse où surnage un bonnet orange fluo, le public pousse et ondule brutalement, provoquant quelques malaises, aménageant quelques cercles pour de brèves séances de pogo. Parfois, la foule soulève et porte des fans - dont une jeune femme en tenue de Spiderman - vers l'avant de la scène où ils sont cueillis par des vigiles... Quant au niveau sonore du concert, il est si puissant que tous les tympans n'en ressortiront pas indemnes.
"Bliss" (2001) à La Cigale - vidéo amateur
Plusieurs chansons sont agrémentées de solos instrumentaux, précédées ou conclues par des citations puisées dans les répertoires de Muse ou d'autres groupes comme AC/DC ou Rage Against the Machine. Avant de démarrer certains titres, Matt Bellamy précise leurs classements dans les votes des fans.

Deux rappels renversants

Il y aura deux rappels. Le premier, à 22h20, achève les fans. Matt Bellamy annonce un "real old one", un titre vraiment ancien. "Muscle Museum" (1999), lancé avec son intro sous acide, puis "Plug in Baby" (2001) avec son riff et son intro légendaires, déchaînent la foule.

Enfin, pour le dernier rappel, à 22h30, "Assassin" (2005) et "Stockholm Syndrome" (2003) se succèdent. Pour prolonger le plaisir, Muse s'attarde alors sur des solos et des instrumentaux très rock.
"Muscle Museum" (1999) à La Cigale - vidéo amateur
22h50. Après cette ultime prolongation de son brut, le groupe remercie une dernière fois le public. Matt Bellamy fait mine de casser sa guitare devant une caméra placée au fond de la scène, lance ses médiators dans la foule, puis le batteur Dominic Howard fait de même avec une de ses baguettes. Quelques minutes plus tard, dans la fosse, deux jeunes hommes se la disputeront, yeux dans les yeux, l'un d'eux affichant un sourire déterminé, chacun agrippé au précieux collector. Il n'y aura heureusement ni bagarre, ni casse.

Difficile de croire que les trois formidables musiciens de Muse, dont le pur virtuose Matt Bellamy, soient quasiment quadragénaires, Dominic Howard ayant déjà franchi ce cap le 7 décembre. La fougue est toujours là - Bellamy étant celui des trois qui s'agite le plus sur scène, entre ses solos de guitare et ses allers-retours au piano - combinée à la sereine assurance d'un groupe adoré par ses fans, et qui a connu ses premiers succès il y a vingt ans déjà...

Le concert, retransmis en direct sur les réseaux sociaux, ne semble plus accessible sur le web. Tous les liens de streaming ont été effacés. Les extraits que les fans ont postés sur YouTube risquent de subir le même sort... On se prend à rêver d'un DVD pour immortaliser ce souvenir.

La set-list du concert du 24 février 2018 à la Cigale

1) Thought contagion (le tout nouveau titre de Muse)
2) Interlude
3) Hysteria (avec riff de "Back in Black" en fin de morceau)
4) Eternally Missed (joué sur scène pour la première fois depuis 2002 ; titre arrivé 6e des votes avec 191 voix)
5) New Born (titre arrivé 4e avec 197 votes ; à la fin du morceau, riff de "Microphone Fiend" de Rage against the Machine)
6) Space Dementia (titre joué pour la première fois depuis 2011 ; arrivé 3e avec 252 votes, conclu par un solo guitare)
7) Fury (titre préféré par le vote des fans à "Futurism" dans la catégorie "meilleur titre bonus sorti au Japon" - "best Japanese bonus track")
8) Psycho
9) Helsinki Jam (pour la première fois depuis 2011)
10) Showbiz (conclu par une citation de "Ashamed", le titre est arrivé n°1 des votes avec 364 voix)
11) Uprising (avec un long final, refrains repris en chœur avec la foule)
12) Citizen Erased (dans la catégorie rock progressif, ce titre a été préféré à "Butterflies and Hurricanes")
13) Supermassive Black Hole (avec l'intro de "Close Encounters")
14) Bliss (avec un long final ; ce titre est arrivé 5e des votes avec 191 voix)

Premiers rappels
15) Muscle Museum (le titre est arrivé deuxième des votes, chiffre non communiqué)
16) Plug In Baby (avec un long final ; ce titre est arrivé 9e avec 161 votes)

Seconds rappels
17) Assassin (titre arrivé 7e avec 163 votes)
18) Stockholm Syndrome (dans la catégorie "meilleur final", ce titre a été préféré à "Knights of Cydonia" ; intro de "Reapers")
19) "Agitated"
20) Yes Please (version raccourcie - avec le final de "Reapers" ; titre joué pour la première fois en clôture de concert depuis 2000)
(tous les détails de la set-list figurent sur setlist.fm)

Matt Bellamy a posté samedi le top 10 des chansons élues par les votes en ligne. Elles ont été jouées sur la scène de La Cigale, à l'exception de "Dead Star" (2002) et "Sing for Absolution" (2003)

Via les réseaux sociaux, Muse avait invité les fans à choisir entre deux deux chansons dans des catégories précises :