Diaporama 20 photos

Les trésors des sixties de Roger Kasparian en 20 clichés

Mis à jour le 18/05/2013 à 08H49, publié le 16/05/2013 à 18H34

Durant dix ans à partir de 1962, Roger Kasparian a photographié tous les jeunes artistes français et anglo-saxons de passage à Paris. Les Rolling Stones, les Beatles, Marianne Faithful, les Who, Serge Gainsbourg, Françoise Hardy... Hormis quelques publications dans la presse de l'époque et des pochettes de disques, son travail n'avait jamais été montré. Il est exposé à la Snap Gallery de Londres.

  • Les Beatles tout sourire à l'aéroport du Bourget, le 16 janvier 1964.
    01 /20
    Les Beatles tout sourire à l'aéroport du Bourget, le 16 janvier 1964.
    "J'étais systématique", raconte Roger Kasparian. "Quand un artiste américain ou anglais débarquait en France, j'allais le cueillir à l'aéroport et je ne le lâchais pas d’une semelle de tout le séjour."
    © Roger Kasparian
  • Les Beatles à l'Olympia, le 16 janvier 1964.
    02 /20
    Les Beatles à l'Olympia, le 16 janvier 1964.
    "Ce jour-là, ils faisaient la première partie de Sylvie Vartan, et non pas le contraire", souligne Roger Kasparian.
    © Roger Kasparian
  • Les Beatles saluent à l'aéroport du Bourget, le 16 janvier 1964
    03 /20
    Les Beatles saluent à l'aéroport du Bourget, le 16 janvier 1964
    © Roger Kasparian
  • Françoise Hardy et les pigeons, Paris, mai 1962
    04 /20
    Françoise Hardy et les pigeons, Paris, mai 1962
    "Avec les artistes Français, comme Françoise Hardy, je les photographiais aussi bien à Paris, chez eux, qu'à Cannes et sur scène."
    © Roger Kasparian
  • Françoise Hardy avec Sylvie Vartan, en backstages à l'Olympia, novembre 1963
    05 /20
    Françoise Hardy avec Sylvie Vartan, en backstages à l'Olympia, novembre 1963
    © Roger Kasparian
  • Roger Daltrey dans le Tour Bus des Who, le 13 novembre 1965 dans le 18e à Paris
    06 /20
    Roger Daltrey dans le Tour Bus des Who, le 13 novembre 1965 dans le 18e à Paris
    Roger Kasparian : "Une photo prise près de la Locomotive, où jouait le groupe le soir même. Ils venaient à leurs frais, pour une émission de radio, Musicorama. La télé ? Mais elle ne s'intéressait pas eux. Ils étaient débutants !"
    © Roger Kasparian
  • Les Who, le 13 novembre 1965 dans le 18e arrondissement de Paris
    07 /20
    Les Who, le 13 novembre 1965 dans le 18e arrondissement de Paris
    © Roger Kasparian
  • Roger Daltrey en backstages à la Locomotive, le 13 novembre 1965.
    08 /20
    Roger Daltrey en backstages à la Locomotive, le 13 novembre 1965.
    "Les Who avaient trouvé ce bus, comme les beatniks, pour faire des tournées", raconte Roger Kasparian. "Du coup, ils voyageaient toute la nuit et tout le jour et ils arrivaient crevés. Là Roger Daltrey se repose en backstages avant le concert."
    © Roger Kasparian
  • Les Who sur scène à la Locomotive (Paris), le 13 novembre 1965.
    09 /20
    Les Who sur scène à la Locomotive (Paris), le 13 novembre 1965.
    © Roger Kasparian
  • Serge Gainsbourg chez lui à Paris, hiver 1963
    10 /20
    Serge Gainsbourg chez lui à Paris, hiver 1963
    "A l'époque, Gainsbourg était au creux de la vague", se souvient Roger Kasparian. "Il m'a dit, Coco - tout le monde s'appelait Coco - ils veulent de la soupe, je vais leur en donner !".
    © Roger Kasparian
  • Serge Gainsbourg devant un kiosque à journaux place Victor Hugo, hiver 1963
    11 /20
    Serge Gainsbourg devant un kiosque à journaux place Victor Hugo, hiver 1963
    "Gainsbourg a mis dix ans à remonter la pente. Il m'avat dit aussi "je vais faire des chansons érotiques". Je ne le croyais pas. Mais il l'a fait, bien plus tard. Et avec le succès que l'on sait".
    © Roger Kasparian
  • Jacques Dutronc aux Abattoirs de la Villette, le 10 mars 1968.
    12 /20
    Jacques Dutronc aux Abattoirs de la Villette, le 10 mars 1968.
    Jacques Dutronc se trouvait là pour l'émission télé "Dim Dam Dom". "Il vous mettait toujours un peu mal à l'aise", se souvient Roger Kasparian. "Avec son air goguenard, on avait l'impression qu'il se foutait de vous. Mais la première fois que j'ai réussi à le coincer - il était injoignable ou jamais au rendez-vous - il était dans sa baignoire à l'Hôtel du Cap d'Antibes" (rires).
  • Keith Richards à l'aéroport du Bourget le 16 janvier 1964
    13 /20
    Keith Richards à l'aéroport du Bourget le 16 janvier 1964
    Avec un père photographe, qui avait été opérateur de prises de vue chez Harcourt, Roger Kasparian est tombé tout petit dans la marmite argentique. "J'étais dedans depuis ma plus tendre enfance. Dans la boutique de mon père à Montreuil je jouais avec les rouleaux métalliques, j 'observais et j'aidais. Quand j'ai voulu en faire mon métier, personne ne m'attendait. Donc j'ai dû jouer des coudes."
    © Roger Kasparian
  • Les Rolling Stones en 1964 à Paris, près du Grand Palais
    14 /20
    Les Rolling Stones en 1964 à Paris, près du Grand Palais
    cc
    © Roger Kasparian
  • Mick Jagger et Brian Jones sur scène à l'Olympia, le 18 avril 1965.
    15 /20
    Mick Jagger et Brian Jones sur scène à l'Olympia, le 18 avril 1965.
    © Roger Kasparian
  • Les Beach Boys sur les Champs Elysées, le 18 novembre 1964.
    16 /20
    Les Beach Boys sur les Champs Elysées, le 18 novembre 1964.
    © Roger Kasparian
  • Les Beach Boys à l'Olympia, pour leur premier concert en France, le 18 nov 1964
    17 /20
    Les Beach Boys à l'Olympia, pour leur premier concert en France, le 18 nov 1964
    Sur scène ce jour-là, les Beach Boys portent tous la même chemise. Mais Brian Wilson est déjà sensiblement à part du trio Jardine, Love et Wilson. A voir comme une métaphore ?
    © Roger Kasparian
  • Les Kinks à l'aéroport du Bourget, le 7 juillet 1965
    18 /20
    Les Kinks à l'aéroport du Bourget, le 7 juillet 1965
  • Marianne Faithfull, Paris 1965.
    19 /20
    Marianne Faithfull, Paris 1965.
    © Roger Kasparian
  • Marianne Faithfull, avenue Montaigne (Paris), 1965
    20 /20
    Marianne Faithfull, avenue Montaigne (Paris), 1965
    Roger Kasparian expose jusqu'au 22 juin à la Snap Gallery de Londres, puis en France : du 18 septembre au 12 octobre à la Art Galerie de Lyon, et du 7 au 30 novembre 2013 à la Velvet Galerie à Paris. L'histoire ne fait que commencer...
    © Roger Kasparian