Les Pussy Riot publient un clip anti-Poutine

Par @Culturebox
Mis à jour le 20/02/2014 à 13H18, publié le 19/02/2014 à 20H08
Les deux Pussy Riot, le 18 février 2014 à Sotchi.

Les deux Pussy Riot, le 18 février 2014 à Sotchi.

© Andrej Isakovic / AFP

Le groupe punk constestataire Pussy Riot a publié jeudi un clip vidéo anti-Poutine (à voir ci-dessous) tourné à Sotchi, où se déroulent les Jeux Olympiques d'hiver. Baptisé "Poutine va vous apprendre à aimer la mère patrie", ce clip est le premier projet des deux Pussy Riot Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina depuis leur libération fin décembre après 21 mois de détention.

Dans ce clip (ci-dessous), les Pussy Riot sont coiffées de cagoules de couleurs vives et apparaissent devant des anneaux olympiques. Les paroles fustigent les violations des droits de l'homme en Russie et citent le nom de contestataires détenus dans le pays depuis les manifestations de l'opposition de mai 2012.
Des membres des Pussy Riot arrêtées et brutalisées ces jours ci
Mercredi, six jeunes femmes du groupe russe contestataire Pussy Riot, dont Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina, avaient été molestées par des policiers en civil  lorsqu'elles avaient essayé d'interpréter cette chanson critiquant le président Poutine et les violations des droits de l'homme en Russie.

Mardi déjà, Mmes Tolokonnikova et Alekhina avaient été arrêtées et retenues plusieurs heures par la police.
Les heurts de mercredi
Mercredi, les heurts se sont produits au centre de Sotchi avec des policiers en civil et des cosaques, gendarmes sous l'empire tsariste, mobilisés en uniforme et toque de fourrure pour participer aux opérations de sécurité pendant les Jeux Olympiques qui se poursuivent jusqu'au 23 février.
 
Des policiers en civil ont eu recours à des tirs de gaz lacrymogènes contre les Pussy  Riot, a écrit le mari de Mme Tolokonnikova, Piotr Verzilov, sur son compte Twitter.
 
Nadejda Tolokonnikova a précisé sur son compte Twitter que les Pussy  Riot avaient tenté de réaliser comme la veille une nouvelle prestation intitulée "Poutine va vous apprendre à aimer la mère patrie". "Les Pussy  Riot ont été attaquées par des Cosaques, frappées à coups de fouet et aspergées de gaz poivré", a-t-elle affirmé.
 
Maria Alekhina a de son côté publié sur son compte Twitter une photo montrant son torse portant des traces de rougeurs, puis plus tard, une photo de Nadejda Tolokonnikova sur un lit d'hôpital.
Après les heurts, les jeunes femmes sont en effet allées dans un hôpital de Sotchi pour des soins. Le centre de Sotchi est situé à une trentaine de km au nord des installations olympiques au bord de la mer Noire.
 
Nadejda Tolokonnikova et Maria Alekhina, ont été libérées fin décembre après 21 mois de détention dans un camp pour "hooliganisme". Elles avaient été arrêtées à Moscou à la suite d'une "prière punk" contre Vladimir Poutine interprétée en cagoules dans la cathédrale du Christ-Sauveur, une performance qui les a fait connaître à travers le monde.