Festival Rock en Seine

du 24 au 26 août 2018

"C'est la 1ère fois qu'un groupe de rap est en tête d'affiche à Rock en Seine", souligne Marion Gabbaï, programmatrice

Par @Nijikid
Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 22/08/2018 à 15H12, publié le 21/08/2018 à 15H30
Ambiance à Rock en Seine.

Ambiance à Rock en Seine.

© Olivier Offschir

Marion Gabbaï, 31 ans, a rejoint l'an dernier l'équipe de programmation de Rock en Seine. A la tête d'une agence de production de concerts, My Favorite, et d'un festival de rock à tendance psychédélique, le très respecté Levitation France, cette jeune femme est dans la musique depuis huit ans. Comment a-t-elle monté avec ses quatre complices l'affiche de Rock en Seine 2018 ?

  • Qu'est ce qui a guidé vos choix pour construire la programmation de Rock en Seine cette année ?
Le festival se renouvelle, comme la musique. On a voulu cette année des têtes d'affiche plus pop et plus rap, parce que Rock en Seine est un évènement populaire et qu'on veut voir le public heureux. 30.000 ou 35.000 personnes hurler de bonheur devant une scène, c'est l'ADN d'un gros festival comme le nôtre. On est dans la continuité parce que nous avions commencé à prendre des risques l'an dernier avec Roméo Elvis par exemple et avec Octavian cette année. On a voulu aussi programmer des artistes électroniques qui ne soient pas aussi gros que Rone ou Justice, comme Bicep ou Sophie. On essaye de tester des choses auprès du public, c'est important.
Dans la mesure où vous venez du festival Levitation, j'imagine que vous avez amené des groupes comme The Black Angels et toute la division punk de l'année (Idles, Fat white Family, Insecure Men).
J'ai évidemment poussé pour ces groupes car j'ai cette expertise de par les concerts que j'organise et le Levitation mais dans l'équipe (cinq personnes) nous écoutons tous plein de choses différentes. C'est notre boulot.
Marion Gabbaï, de l'équipe de programmation de Rock en Seine 2018.

Marion Gabbaï, de l'équipe de programmation de Rock en Seine 2018.

© DR / Ephelide

  • Avez-vous rencontré des difficultés particulières ? Vous avez mis longtemps à annoncer des noms et il y a peu de grosses têtes d'affiche à Rock en Seine cette année.
Comme toujours, au départ, à l'automne, on a plein d'idées de groupes mais la "wish list" est rarement exaucée à l'arrivée. Cette année il y a eu une longue période de flottement, c'est vrai. Plusieurs artistes ont mis du temps à répondre et à se décider et ont finalement décliné. Après, la concurrence n'aide pas. Il y a de plus en plus de festivals. Et de plus en plus de festivals sur Paris. Ce n'était pas le cas il y a dix ans, ça s'est beaucoup développé. Mais pour revenir aux têtes d'affiche, je crois que l'impression qu'il y en a peu est aussi liée au type de musique que l'on écoute. Par exemple Justice, ce sont de très gros artistes mais en électro. Post Malone et Macklemore sont des rappeurs énormes aux Etats-Unis et peut-être qu'ils ne parlent pas au public rock du festival, je peux l'entendre.

  • Ce qui est surprenant, c'est de ne pas voir dans la programmation des artistes comme Chris(tine & The Queens), Jeanne Added, Flavien Berger ou Neneh Cherry qui s'apprêtent à sortir des albums dans les prochaines semaines.
Il faut savoir qu'une autre difficulté de Rock en Seine c'est d'être à Paris. Or tous les artistes veulent se produire dans la capitale. Chris(tine & The Queens) va faire deux Bercy en décembre donc on n'y a même pas pensé. Ensuite il y a les artistes qui ont déjà fait d'autres festivals à Paris durant l'été, c'est le cas de Jeanne Added. Et puis beaucoup d'artistes français font la tournée des festivals et nous souhaitons conserver dans la mesure du possible une dimension d'exclusivité, même si cela nous ferme aussi des portes.

  • Vous avez quand même quelques belles prises. D'abord PNL dont le prochain album très attendu pourrait arriver dans les prochaines semaines. Ont-ils prévu une scénographie aussi impressionnante qu'à Bercy en novembre 2017 ?
La question PNL est une question importante. D'abord parce que c'est la première fois qu'un groupe de rap est en tête d'affiche à Rock en Seine, et en plus en ouverture. Même si le festival a toujours programmé du rap (Cypress Hill encore l'an dernier sur la Grande scène et Roméo Elvis sur la scène du Bosquet notamment), il s'agit d'une vraie évolution. Le groupe, lui, a été surpris : c'était inattendu comme proposition de la part d'un festival labellisé rock. Maintenant, on espère que l'album sortira autour du festival. Quant à la scénographie, je crois qu'ils ont prévu quelque chose d'ambitieux mais je n'en sais pas plus.

  • Dans les belles prises, il y a Liam Gallagher aussi, de retour à Rock en Seine neuf ans après le clash d'Oasis en coulisses du festival. Il a dit oui tout de suite ?
Il n'y a pas eu de souci pour l'avoir, pas de discussions. Mais ce qui est amusant, c'est que nous avons aussi discuté avec son frère Noel Gallagher. On aurait bien aimé les avoir tous les deux, même sans que ce soit le même jour. Et bien sûr, s'ils reforment Oasis ce serait bien qu'ils le fassent à Rock en Seine…

  • Quel est l'artiste ou le groupe que vous attendez personnellement avec le plus d'impatience ?
Je suis personnellement fan de Sophie et je suis curieuse de voir sa prestation. Je l'ai vue deux fois en concert et c'est hyper intéressant. Elle se produira peut-être avec des danseurs cette fois, j'espère. J'ai surtout très envie de voir la réaction du public, c'est un vrai pari.

Le festival Rock en Seine se déroule de vendredi 24 à dimanche 25 août 2018 sur la pelouse de Saint-Cloud.
Culturebox vous fera vivre de nombreux concerts en direct de cette édition durant les trois jours.