Festival Rock en Seine

du 24 au 26 août 2018

Avec la mystérieuse Sophie, la pop du futur s'invite à Rock en Seine

Mis à jour le 20/08/2018 à 12H35, publié le 20/08/2018 à 11H53
Sophie, mystérieux artiste de musique électronique.

Sophie, mystérieux artiste de musique électronique.

© DR

Depuis trois ans, ses morceaux fous et futuristes bouleversent la pop. Mais l'identité de cette DJ et productrice restait un mystère. Avec son premier album paru en juin l'artiste, transgenre, se dévoile enfin. Elle est à découvrir à Rock en Seine vendredi 24 août.

Voix pop sur beats concassés

Sophie, c'est d'abord une énigme. Un nom posé sur un son atypique. Au début des années 2010, ses premiers tubes : "Lemonade" et "Bipp" apparaissent sur Soundcloud. La critique acclame ce style étrange et avant-gardiste. En défiant tous les codes par sa musique inclassable, elle amène à l'électro-pop une part underground héritée de ses débuts dans le milieu punk berlinois. 

Des voix suaves de pop commerciale qui côtoient des beats violents et saccadés, des influences hip-hop, rave ou encore EDM (electro dance music). Cette DJ et productrice écossaise transforme les sons comme d'autres la matière, et expérimente. Sa musique, contrastée, industrielle, artificielle, interroge. A l'image de ses visuels : des toboggans modelés en 3D.
"Bipp", le premier tube de Sophie.

Un concept postmoderne 

Le nom de cette artiste, affiliée au novateur collectif PC music monte, mais le mystère plane toujours sur son identité. On murmure qu'il s'agirait du producteur londonien Samuel Long. En 2014, lors d'une "Boiler room" (des lives enregistrés en petit comité puis diffusés sur internet), elle se fait passer pour un agent de sécurité et fait endosser son rôle à une Drag queen, Ben Woozy.  

Entre "art post-internet" et "détachement ironique", la critique abonde pour déchiffrer cette grande inconnue. Et quelques coups d'éclats marketing renforcent cette image. Son mini-album "product", sorti en 2015, est livré dans des éditions limitées avec une doudoune transparente, ou un plug anal. En parallèle, elle collabore en tant que productrice avec des artistes tels que Madonna, Chali XCX, MØ ou le rappeur Vince Staples. Elle a aussi travaillé sur le prochain album de Lady Gaga.

Dans la lumière

Ce n'est qu'en octobre 2017, après sa transition, que Sophie se dévoile. Dans le clip "It's okay to cry", une balade très personnelle où elle utilise sa voix pour la première fois, le public la découvre. Grande rousse au visage de poupée, elle chante nue, face à la caméra.

Un nouveau nom, "Xéon", apparaît accolé à son nom de scène.  Avec "Oil of every pearl's Un-Inside", son premier album paru en juin, elle se lance dans de nouvelles performances scéniques. Et son live qu'elle peaufine depuis des mois à Los Angeles où elle réside désormais, promet de faire tourner les têtes à Rock en Seine. La future étoile de la pop sort de l'ombre.

Sophie est à Rock en Seine vendredi 24 août sur la Scène du Bosquet de 21h45 à 22h45.