Father John Misty sublime la détresse sentimentale sur son album "God's Favorite Customer"

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/05/2018 à 15H15, publié le 30/05/2018 à 15H13
La couverture du nouvel album de Father John Misty, God's Favorite Customer, a été réalisée par le célèbre photographe Pari Dukovic.

La couverture du nouvel album de Father John Misty, God's Favorite Customer, a été réalisée par le célèbre photographe Pari Dukovic.

© Pari Dukovic / Subpop Records

Pour son quatrième album, Father John Misty, nouvelle figure de proue du rock indépendant, délaisse le commentaire politique de "Pure Comedy" pour un discours plus introspectif. Teintée de désespoir et d'incertitude, "God's Favorite Customer" est l'œuvre la plus personnelle et touchante de son auteur.

Chaque fois que l'on croit l'avoir cerné, Father John Misty s'engage dans une direction inattendue. À peine un an après la sortie de "Pure Comedy", critique acerbe de la société de consommation et de notre dépendance à la technologie, Joshua Tillman de son vrai nom, signe un album beaucoup plus personnel. 
 

Plus concis que son prédécesseur, "God's Favorite Customer" révèle toute la fragilité de son auteur. Celui qui avait pour habitude de se dissimuler derrière son sarcasme apparait ici sous un nouveau jour, démuni et désespéré. Les commentaires politiques teintés d'ironie ont été remplacés par la détresse émotionnelle d'un artiste qui peine à s'habituer à sa notoriété grandissante.

Introspection amoureuse

Après avoir décortiqué les rapports amoureux avec humour dans 'I Love You Honeybear" (2015), Josh Tillman signe un album plus sérieux sur le sujet. Il dresse le portrait d'un homme dont les illusions ont été dissipées par les revers sentimentaux. 
Father John Misty - Just Dumb Enough To Try
Dans "Dumb enough to try", Tillman s'adresse à une femme qui semble lui échapper, malgré tous ses efforts pour la retenir. Une déception amoureuse qui le pousse à remettre en question tout ce qu'il sait sur l'amour ("Tu peux prendre tout ce que je sais sur l'amour et le jeter à l'évier").

Sans la mentionner, beaucoup de ces chansons font référence à Emma Tillman, photographe de renom et partenaire de Joshua Tillman. Father John Misty s'adresse directement à elle dans la chanson "The Songwriter". Il y imagine une réalité alternative où elle serait la musicienne, et lui la muse. Dans les derniers vers, il l'interpelle : "What would it sound like if you were the songwriter. And loving me was your unsung masterpiece / Qu'est-ce que cela donnerait si tu étais la parolière. Et que m'aimer était ton chef-d'œuvre méconnu."

Questionnements religieux

Comme dans "Pure Comedy", les références religieuses prennent une place prépondérante dans ce nouvel album. Father John Misty y fait allusion à l'Apocalypse, aux anges et à Noé. Autant de métaphores bibliques que l'ex-batteur de Fleet Foxes utilise pour décrire ses propres déboires.
Father John Misty lors d'un concert à Los Angeles pour promouvoir son album "Pure Comedy".

Father John Misty lors d'un concert à Los Angeles pour promouvoir son album "Pure Comedy".

© Vivien Killilea / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Elevé dans une famille chrétienne conservatrice, Joshua Tillman a été marqué par la rigidité de son éducation. Après avoir voulu devenir pasteur, le natif du Maryland s'est peu à peu détourné de ses croyances de jeunesse. La chanson-titre de l'album revient sur sa fidélité religieuse pendant son enfance. "I was God's favorite customer. But now I'm in trouble", reprend-il dans le refrain. Dans son infinie détresse, il se tourne vers un Dieu en lequel il ne croit plus depuis bien longtemps, comme si sa dévotion passée pouvait le sauver.

Léthargie créative

"Mr.Tillman" et "The Palace", musicalement très différentes, sont deux chansons qui abordent la solitude qui rongeait Josh Tillman au moment de l'écriture. Au fil des interviews, le musicien de 37 ans s'est livré sur cette période difficile. Une mauvaise passe qui a forgé l'identité de l'album.

Une grande partie de cet album a été écrite sur une période de six semaines où j'étais plutôt désespéré. Pendant deux mois j'ai vécu dans un hôtel. C'est une sorte de... mésaventure.

Ces deux mois de léthargie créative sont relatés dans la chanson "Mr Tillman". Father John Misty y explore le sentiment de paranoïa lié à la solitude et à une consommation d'alcool trop fréquente. La structure de la chanson, délibérément répétitive, évoque la perte de repères de Tillman.
Father John Misty - Clip vidéo de "Mr Tillman"
Il ne fait plus la distinction entre la fiction et la réalité, ce qui donne lieu à des situations tristement comiques. Il se croit sur le tournage d'un film ("Those aren't extras in a movie they are clientele") et laisse son matelas sous la pluie après avoir dormi sur le balcon ("Don't leave your mattress in the rain if you sleep on the balcony").

Plongée dans la psyché de son auteur, "God's Favorite Customer" donne un nouveau regard sur la personnalité troublée de Joshua Tillman. La chanson "Please Don't Die", emblématique de cette nouvelle facette du songwriter américain, aborde même frontalement la question du suicide. La dernière création de Father John Misty est une oeuvre mélancolique et en quelque sorte une thérapie. Celle d'un homme qui sent l'amour lui échapper et qui, dans son incertitude, se tourne vers l'écriture pour ne pas sombrer dans la folie.

L'album "God's Favorite Customer" de Father John Misty (Sub Pop/PIAS) sort vendredi 1er juin 2018
Father John Misty est en concert à Paris dimanche 3 juin dans le cadre du festival We Love Green