Eric Clapton, guitariste de légende, confie: "Je deviens sourd"

Par @Nijikid
Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 13/01/2018 à 14H20, publié le 13/01/2018 à 13H11
Le Dieu de la guitare Eric Clapton, ici en avril 2013 au Madison Square Garden.

Le Dieu de la guitare Eric Clapton, ici en avril 2013 au Madison Square Garden.

© Charles Sykes/AP/SIPA

La santé d'Eric Clapton, 72 ans, décline. Et pas seulement son audition, a révélé l'icône de la guitare dans une interview cette semaine à la BBC. Ce qui ne l'empêche pas de continuer à travailler et même de prévoir des concerts.

"Je m'étonne moi-même d'être encore là"

"La seule chose qui me préoccupe c'est d'avoir plus de soixante-dix ans et de continuer à assurer", a déclaré Eric Clapton cette semaine sur BBC2. "Je deviens sourd, j'ai des acouphènes et mes mains fonctionnent à peine", a-t-il reconnu.

Mais il dit continuer à travailler, surtout en studio. Et il a même prévu quelques concerts dont un à Hyde Park (Londres) en juillet. "J'espère que les gens viendront me voir, même si c'est comme une bête curieuse. Je sais qu'il y a de ça, parce que je m'étonne moi-même d'être encore là."

Comme il l'avait révélé en 2016, Eric Clapton est atteint par ailleurs de neuropathie périphérique, ce qui affecte son jeu de guitare. Dans une récente interview à Rolling Stone, il disait à ce propos : "je suis aussi bon aujourd'hui que durant les deux dernières annés", mais "jouer reste difficile. Je dois repartir depuis le bas de l'échelle chaque fois que je joue, ne serait-ce que pour m'accorder."

La bande annonce du documentaire sur Eric Clapton "Life in 12 Bars"


J'ai longtemps été "un cas désespéré"

De fait, Eric Clapton ne s'est pas ménagé au cours de sa vie. Il était justement invité de la BBC à l'occasion de la sortie d'un documentaire sur ses 50 ans carrière, baptisé "Eric Clapton : Life in 12 bars" de Lili Fini Zanuck, qui ne cache rien de ses excès passés (alcool, drogue) dans les années 60 et 70 (et censés avoir totalement pris fin en 1987).

"Pendant au moins 20 ans j'ai été un cas désespéré", a-t-il reconnu sur la BBC. "J'ai bu quotidiennement plus que ce que vous pouvez imaginer", a-t-il ajouté, détaillant notamment un breuvage à base de vodka qu'il s'envoyait comme si c'était de la bière. "Et ça ça été de pire en pire". 

Pour l'auteur de "Layla", le documentaire a été éprouvant à regarder tant il se focalise sur une période particulièrement difficile de sa vie. Mais cela montre aussi, selon lui, "qu'il y a une lumière au bout du tunnel". Ce film parle de "rédemption et se termine bien,  mais préparez-vous à un moment difficile", prévient-il. Sorti cette semaine outre-Manche, ce documentaire long de 2h15 produit par la chaîne américaine Showtime devrait être en salles "prochainement" en France.