David Gilmour à Orange : "Pink Floyd c'est fini... c'est presque oublié"

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 21/09/2015 à 18H41, publié le 21/09/2015 à 18H01
David Gilmour à Orange

David Gilmour à Orange

© France3/culturebox

David Gilmour, le légendaire guitariste de Pink Floyd est en tournée à l'occasion de la sortie de son nouvel album solo "Rattle That Lock". 10 000 personnes ont rempli le théâtre antique d'Orange pour la seule étape française de sa tournée. Eric Cornet et son équipe y étaient.

 Reportage: E. Cornet / D. Bassompierre / P. Grandouiller / D. Reutenauer 

https://videos.francetv.fr/video/NI_525752@Culture


Parmi les  milliers de fans qui avaient obtenu le précieux sésame pour assister à l'unique concert de David Gilmour en France... une Australienne venue jusqu'ici car il ne passe pas en Australie. David Gilmour est une légende et cette anecdote en donne une fois de plus la preuve. La voix et l'inoubliable guitare de Pink Floyd ont attiré la foule à Orange. Les billets se seraient vendus en 20 minutes.

Pour l'occasion, David Gilmour s'est entouré de huit musiciens dont des fidèles comme le bassiste Guy Pratt et le batteur Steve Distanislao sans oublier un certain Phil Manzanera qui a coproduit avec lui ses deux premiers albums solo.
"Pink Floyd c'est fini, c'est presque oublié"

Au menu des trois heures de concert ce 18 septembre : six morceaux de son nouvel album "Rattle That Locks qui sortait le lendemain dont le déjà célèbre titre éponyme inspiré du jingle de la SNCF , et bien sûr des tubes de sa vie antérieure comme "Wish you were here", "Shine on Your Crazy Diamond" sans oublier "Money" .

Une période Pink Floyd dont David Gilmour ne veut plus vraiment entendre parler " Pink Floyd c'est fini il y a longtemps. Ca ne m'intéresse pas tellement... c'est presque oublié", lâche-t-il en français. Il n'empêche : ce sont bien les titres de cette époque inoubliable qui font se lever le public.

Et c'est bien avec "Comfortably Numb" qu'il avait écrit pour son premier album solo avant qu'il ne soit récupéré pour "The Wall" et qui contient deux de ses plus célèbres solos de guitare, qu'il va refermer ses trois heures de concert.