Beck fait son grand retour en 2014

Par @annieyanbekian Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox
Publié le 28/12/2013 à 10H11
Beck chez lui, à Malibu, en Californie (14 décembre 2012)

Beck chez lui, à Malibu, en Californie (14 décembre 2012)

© Katy Winn / AP / Sipa

Son dernier album studio, "Modern Guilt", remonte à 2008. Le chanteur américain Beck, 43 ans, va sortir deux nouveaux albums en 2014. D'abord, "Morning Phase", annoncé pour février par les médias anglo-saxons, puis un autre disque qui paraîtra dans la foulée.

"Morning Phase", pour lequel Beck a communiqué ce mois-ci la liste des 12 titres, est présenté comme la suite de l'album "Sea Change", majoritairement acoustique, paru en 2002.

Un son californien
Dans le "New Musical Express" (NME), le 22 novembre, Beck expliquait qu'il tâtonnait entre des harmonies et une atmosphère, et que les nouvelles chansons s'inspiraient d'une tradition californienne. "J'entends les Byrds, Crosby, Stills and Nash, Gram Parsons, Neil Young - c'est surtout comme ça que ça sonne pour moi (...) Il y a un sentiment de tumulte et d'incertitude, pour surmonter cette longue et sombre nuit de l'âme - ou quelque soit le nom que vous lui donniez. Ces chansons parlent de la façon de sortir de tout ça, du moyen de se sentir mieux."

"Morning Phase" sortira sur le nouveau label de Beck, Capitol Records. Beck y a rappelé certains musiciens comme son batteur Joey Waronker (vu également aux côtés de R.E.M. et Atoms for Peace), et invité Roger Joseph Manning Jr et Jason Falkner, du groupe Jellyfish. Pas d'extrait disponible sur les sites de partage pour le moment (les tentatives indélicates de mise en ligne d'extraits du disque ont été rendues muettes par Youtube).

Pour ceux qui n'arrivent pas à mettre une musique sur le nom de Beck, voici son tube mémorable sorti en 1993, coup d'envoi de sa carrière internationale.
Beck : "Loser" (1993)
"Morning Phase" sera le douzième album studio de Beck, pas moins de six ans après "Modern Guilt". Sur le site argentin Página 12, le 12 novembre, le compositeur et multi-instrumentiste a donné une explication à son silence discographique, confiant ses difficultés à s'adapter à l'évolution récente de l'industrie musicale - et taclant le site Spotify au passage. Par ailleurs, il a ajouté qu'il avait souffert de problèmes à la colonne vertébrale.

En septembre, Beck a sorti une nouvelle chanson, "Gimme", la dernière d'une série de trois singles (les deux premiers étant "Defriended" et "I won't be long") parus indépendamment de tout disque. Une chanson dans laquelle le songwriter combinait du xylophone, des effets de rythmes et de voix distordues.
Beck : "Gimme" (septembre 2013)


Une reprise saisissante de "Sound and Vision" de Bowie
En 2013, même s'il n'a pas sorti d'album, Beck a été actif et présent sur différents projets et scènes. En juillet dernier, il a donné un concert en acoustique à la Cité de la Musique de Paris, avec différents invités. Quelques mois plus tôt, en février 2013, il avait proposé une relecture vertigineuse de "Sound and Vision", une chanson de David Bowie de 1977, cerné par un orchestre et des choeurs (environ 160 personnes), pour une prestation captée par des caméras à 360 degrés.
 

Beck : "Sound and Vision" (Bowie), avec plus de 160 musiciens dirigés par Chris Milk (2013)


Par ailleurs, ces dernières années, le musicien américain a collaboré avec Charlotte Gainsbourg, Il a signé la quasi-totalité des chansons de son album "IRM", sorti en 2009, dont "Trick Pony". L'actrice-chanteuse fait partie des artistes qui ont rejoint Beck début juillet 2013 sur la scène de la Cité de la Musique.
 

Charlotte Gainsbourg & Beck : "Heaven can wait" (Beck, 2009) à la Cité de la Musique, le 2 juillet 2013


En 2010, Beck Hansen (né Bek David Campbell le 8 juillet 1970 à Los Angeles) a participé à la bande originale du troisième volet de "Twilight" (sous-titré "Hésitation") en s'associant avec Bat for Lashes pour la chanson "Let's get lost". Mais on garde un souvenir particulièrement ému de cette reprise de "Everybody's gotta learn sometimes", le grand tube des Korgis (1980), que Beck avait offerte en 2004 à la bande-son du film de Michel Gondry, "Eternal Sunshine of the spotless mind".
 

Beck : "Everybody's Gotta Learn Sometimes" (chanson de James Warren, leader des Korgis) - reprise de 2004 pour le film "Eternal Sunshine of the Spotless Mind"


Dernière preuve de l'éclectisme de Beck, cette reprise en anglais d'une perle signée Caetano Veloso, "Michelangelo Antonioni", que le chanteur brésilien avait glissée dans la bande-son du film à sketches "Eros" (2004) du cinéaste italien. La version de Beck figure dans une compilation consacrée à Caetano Veloso, sortie en 2012.
 

Beck : "Michelangelo Antonioni" (Veloso) - 2012