Arctic Monkeys aux Nuits de Fourvière de Lyon : un concert complètement foot et de belles surprises

Mis à jour le 12/07/2018 à 10H54, publié le 11/07/2018 à 15H16
Arctic Monkeys aux Nuits de Fourvière 2018

Arctic Monkeys aux Nuits de Fourvière 2018

© Paul Bourdrel

Dans un théâtre antique des Nuits de Fourvière bourré à craquer, Arctic Monkeys a donné un concert parfait : setlist de rêve, ambiance de fête sur fond de Coupe du monde et un bel hommage rendu à Elvis Costello.

21h, une énorme clameur parcourt Fourvière. Ce n’est pas Alex Turner qui fait son entrée depuis les gradins mais le but de Samuel Umtiti qui est célébré par le public. Cameron Avery, le bassiste de Tame Impala qui assure la première partie, arrive sur scène dans cette belle ambiance. Le crooner rock va ponctuer son concert de charmants “Allez les Bleus” qui vont porter chance à l'Équipe de France car c'est avec des holas dans les gradins du Théâtre Antique que la victoire de la demie-finale de la Coupe du Monde  face à la Belgique sera bruyamment célébrée à la fin de son concert.
 

 

Finale pop rock

Mais l’équipe qui est attendue ce soir, et son avant centre Alex Turner, se font désirer. En attendant le coup d’envoi, le public scrute l'immense panneau “Monkeys” qui trône sur la scène et scande le “Dont’ Let Me Down” des Beatles. La tension est palpable. Ce concert très attendu est un peu la finale de la remarquable programmation pop rock des Nuits de Fourvière cette année : Jack White, LCD Sound System pour un concert d'anthologie, MGMT, Phoenix, Texas, Massive Attack, Belle & Sebastian avec les Nits (18 juillet)...

Un magistral coup d'envoi

C’est par des cris stridents (où sont mes bouchons d’oreille!), que le groupe fait sont entrée au son de "Four Out Of Five", l’une des grandes réussites du dernier album "Tranquility Base Hôtel and Casino". Malgré la chaleur, Alex Turner entame le concert vêtu d’un élégant manteau beige sur une veste assortie. Il ne fera pas long feu.

Car tout s’enchaine très vite et après le piano tranquille, c’est le rugissement bien connu des guitare de "Brianstrom" qui fait définitivement chavirer le concert dans un palpitant enchaînement de classiques énergiques ( "Dont Sit Down..", "Crying Lightning", "The View From The Afternoon", "Teddy Picker",...  ). Les titres des premiers albums ont une place de choix et Alex est “très content d’être ici ce soir ! ", en français. Ses supporters lui rendent bien et reprennent les refrains en hurlant dans un très beau mouvement collectif ponctué par des “On est en finale !” rarement entendus lors d’un concert de rock.

Arctic Monkeys aux Nuits de Fourvière 2018

Arctic Monkeys aux Nuits de Fourvière 2018

© Paul Bourdrel

Après un explosif "Teddy Picker", le groupe et leur meneur de jeu temporisent un peu ce tonitruant début de concert et entament une phase de jeu un peu plus calme. Superbe version de "505". Alex Turner est toujours impeccable dans ses postures de crooner, qui étaient un peu exagérées lors de la tournée précédente, et qui trouvent ici un meilleur équilibre dans cette setlist qui donne une bonne place aux vieux morceaux plus rock et plus british. Le contraste  est saisissant avec "The Ultracheese" slow à l’ancienne du dernier album, rarement joué sur scène.
 

Hommage à Elvis Costello


Si chez les Monkeys, la liste des morceaux change chaque soir de concert, il s’agit généralement d’un ordre différent avec simplement quelques variations. Mais ce soir c’est spécial. Car cette séquence de morceaux plus calmes - avec un “Cornerstone” d’une grande classe-, prend fin avec autre surprise : une reprise de “Lisptick Vogue” d’Elvis Costello. Le chanteur britannique, atteint d’un cancer, vient d'annuler la fin de sa tournée européenne. Ce morceau tout juste répété l'après-midi même lors des balances est tiré de “This Year's Model”, l’un des meilleurs albums de rock de tous les temps. Le goupe l'a déja joué avec lui dans le passé et il prend ici une valeur toute particulière, dans une belle communion avec le public comme l'a immortalisé dans cette vidéo un spectateur du premier rang. "Get well soon ...".On lui souhaite aussi.

 

Les buts de la victoire


Le groupe enchaîne ensuite quelques titres des derniers albums, le groovy "Knee Socks" et "One Point Perspective" avant d’enflammer à nouveau les vieilles pierres de Fourvière par un éblouissant et très attendu "Do I Wanna Know".

C'est par deux bombes emblématiques "Pretty Visitors" et l’inévitable "I Bet You Look Good On The Dancefloor" (leur premier single) que le concert s’achève avant les rappels : "Star Treatment", puis "Arabella" dans une version revisitée très efficace avec un Alex Turner particulièrement souriant ce soir. “Merci beaucoup, je suis vraiment content d’être là !" Avant d’entonner "R U Mine", il va même oser un “Allez la France !” alors que la finale de la coupe du monde l’opposera peut être à l'Angleterre. (Ce sera finalement la Croatie).


On remarque alors nombre de spectateurs avec des maillots de foot floqués aux noms de Mbappé ou de Griezmann. Fin d’une soirée mémorable avec les oreilles qui sifflent et des Bleus plein les yeux.

Public Arctic Monkeys © Paul Bourdrel