10 Albums très attendus pour 2013

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 20/01/2013 à 11H10, publié le 19/01/2013 à 16H45
Extrait de la pochette d'"Amok" d'Atoms For Peace dessinée par Stanley Donwood.

Extrait de la pochette d'"Amok" d'Atoms For Peace dessinée par Stanley Donwood.

© Stanley Donwood @ atomsforpeace.info

Au seuil de 2013, on attend déjà certains disques et certains artistes avec une impatience particulière. Voici les 10 incontournables des prochains mois.

1. ATOMS FOR PEACE "Amok"
Pourquoi on l'attend ?
D’abord parce qu’il s’agit du premier album de ce side-project du chanteur de Radiohead. Thom Yorke y est entouré de Nigel Godrich (le fidèle producteur de Radiohead), Flea le bassiste tatoué des Red Hot Chili Peppers, le percussionniste Mauro Refosco et le batteur Joey Waronker (REM, Beck). Formation provisoire créée au départ pour jouer live l’album solo de Thom Yorke, « Eraser » paru en 2009,  le groupe a pris racine et donné fleurs et fruits. Avec cet ovni libre et rafraîchissant,  Yorke semble mettre la pression à distance tout en se faisant plaisir sans but et en explorant notamment ses penchants pour la musique électronique. Sur la foi des deux premiers morceaux à avoir émergé jusque là, « Default » et « Judge Jury and Executioner » (leur premier morceau écrit en commun dès 2009, en vidéo ci-dessous), cet album promet d’être une merveille de grâce fragile à même de nous faire oublier le dernier Radiohead. Si si.
Date de sortie : le 25 février 2013

2. SNOOP LION "Reincarnated"
Pourquoi on l'attend ?
Si ce n’est pas l’album le plus attendu de l’année c’est en tout cas la mutation la plus guettée de 2013. Le cabot rap Snoop Dogg transformé en lion Rastafari, ça ressemble à une bonne blague. Pourtant,  Snoop Lion, apparemment, c’est du sérieux. Cette conversion est peut-être opportune (on voudrait s’approprier l’héritage musical, spirituel et hautement lucratif de Bob Marley qu’on ne s’y prendrait pas autrement) mais elle tient plutôt bien la route. D’autant que Major Lazer (du producteur hyperactif Diplo, déjà aux manettes chez M.I.A ou Santigold) veille au grain, apportant la touche moderne et vitaminée dont le reggae avait besoin pour se réveiller de sa torpeur. Quant à l’humour goguenard de Snoop, il est tout aussi bienvenu pour secouer ce genre enfumé parfois considéré à tort comme vertueux et bien-pensant.
Date de sortie : Printemps 2013

3. FOALS "Holy Fire"
Pourquoi on l’attend ?
Jusqu’à présent, le groupe d’Oxford a effectué un parcours sans faute. Sortis à deux ans de distance, les albums « Antidotes » (2008) et «Total Life Forever » (2010) ont imposé dans le paysage rock la singularité de ce quintet musicalement complexe. En recherche constante, il ne se répète jamais mais reste reconnaissable entre mille, le signe des grands. «Holy Fire », leur troisième album, précédé du single explosif « Inhaler »,  s’annonce comme celui d’un possible succès massif. Parce qu’il est furieux ET groovy et surtout taillé semble-t-il sur mesure pour les stades. Pas sûr que ceux (dont nous sommes) qui ont assisté à leur concert démentiel en petit comité à la Maroquinerie en décembre 2012 s’en félicitent. On ne cède jamais ses chouchous aux grandes arènes sans un pincement au coeur…
Date de sortie : le 11 février 2013

4. DAVID BOWIE "The Next Day"
Pourquoi on l’attend ?
Après dix ans de silence, l’annonce surprise début janvier d’un nouvel album de l’icône Bowie est un évènement, tout simplement. Ecrit et enregistré en secret durant les deux dernières années à New York où il vit, et produit de surcroit par le fidèle Tony Visconti, il s’agit d’un retour inespéré pour cet artiste caméléon, roi de la réinvention. Si l’on en croit le premier single, la superbe balade « Where Are We Now ? », le prince du glam est en mode nostalgique (il se remémore son séjour à Berlin à la fin des seventies), ce qui va comme un gant à sa voix fragile de sexagénaire (66 ans). Même si le clip (ci-dessous) est peu engageant, difficile pour ceux qui ont aimé un jour Bowie de ne pas le trouver aussi poignant que pertinent. Pour la suite, Tony Visconti promet un album beaucoup plus rock. Ah ? Sachant combien Bowie reste musicalement à l’affût (il a manifesté publiquement son intérêt pour Arcade Fire et TV On the Radio ces dernières années), on a d’autant plus hâte de découvrir de quelle manière il se réinterprète au présent.
Date de sortie : le 11 mars 2013

5. NICK CAVE & THE BAD SEEDS "Push The Sky Away"
Pourquoi on l’attend ?
D’abord, ce 15e album de Nick Cave and The Bad Seeds a été écrit, composé et enregistré dans le sud de la France, dans le studio La Fabrique à Saint-Rémy de Provence, situé dans une vieille maison du 19e. Ca interpelle. Ensuite, Nick Cave le décrit ainsi : « Si je devais utiliser la métaphore usée comparant les albums à des enfants, alors « Push the Sky Away » est le bébé-fantôme dans l’incubateur et les boucles (musicales) de Warren (Ellis, musicien des Bad Seeds) sont ses minuscules et tremblants battements de cœur ». Intriguant. Mais ce sont les deux magnifiques morceaux dévoilés jusqu’ici : « We Know Who U R » (ci-dessous) et « Jubilee Street » qui attisent le plus l’impatience. Le groupe, accompagné de chœurs et de cordes, présentera cet album sur scène en avant première le 11 février au Trianon (Paris), dans le cadre d’une mini-tournée qui aura démarré la veille à Londres et pourrait passer par plusieurs festivals européens cet été.
Date de sortie : le 18 février

6. DEPECHE MODE (sans titre)
Pourquoi on l’attend ?
Selon Martin Gore, ce 13e album de Depeche Mode qui ne porte pas encore de nom, s’inscrit musicalement entre « Violator » (1990 avec « Personal Jesus », « Enjoy the Silence » ou « World in my Eyes ») et « Songs of Faith and Devotion » (1993), autant dire du 5 étoiles. Ce successeur de « Sounds of the universe » sorti en 2009 est produit par Ben Hillier pour la troisième fois d’affilée. Il s’agit d’un album très organique, affirme Dave Gahan, qui a « participé plus que jamais à l’écriture ». Le chanteur confie également que cet album a donné lieu à un processus de création  «différent de l’ordinaire» prenant particulièrement en compte les aspects scéniques. Cerise sur la madeleine, le groupe britannique vétéran de l’électronique défendra cet album avec une tournée qui passe par le Stade de France le 15 juin. Regardez ci-dessous la conférence de presse que Depeche Mode a donné le 23 octobre 2012 à Paris.
Date de sortie : Mars 2013

7. EARL SWEATSHIRT "Doris"
Pourquoi on l’attend ?
Vous avez aimé Frank Ocean ? Et Kendrick Lamar ? En moins d’un an, ces deux là ont réussi sans crier gare à changer le paradigme du Rap (et du R&B). Terminé le modèle dominant du gangster queutard, homophobe, nihiliste et sans cervelle, qui la ramène. Bienvenue à la sensibilité, l’empathie, le doute, l’introspection, les tripes à nu. Earl Sweatshirt,  qui s’était imposé il y a deux ans comme l’un des plus brillants rimeurs de sa génération avec des textes provocateurs d’ado chez le collectif Odd Future (dont fait aussi partie le chanteur Frank Ocean), s’annonce comme le digne frère de lame verbale de Lamar. A l'issue d'un séjour imposé en catastrophe par sa mère dans une école « pour remettre les idées en place », il semble avoir sensiblement gagné en épaisseur tout en affûtant encore sa science des rimes complexes. Après le single « Chum » (ci-dessous), dans lequel il avoue ses faiblesses, ses frayeurs et sa détresse, on attend de lui un album de très haut vol. Et tout cela de la part d’un garçon qui n’a pas 19 ans (il les aura le 24 février 2013).
Date de sortie : courant 2013

8. PHOENIX "Bankrupt!"
Pourquoi on l'attend ?
Parce que leur précédent disque a été un carton international et a reboosté le blason musical de la France à l’étranger ? Non, parce qu’on les aime d'amour depuis l’inusable « Alphabetical » de 2004 et qu’ils n’ont jamais déçu. De ce cinquième album, peu de chose à encore filtré. On sait que le groupe versaillais a enregistré à Paris et gardé à la production Philippe Zdar (moitié de Cassius) qui leur avait si bien réussi la dernière fois. Dès le début du travail, en 2011, le quatuor a indiqué qu’il souhaitait se démarquer de « Wolfgang Amadeus Phoenix » avec quelque chose de plus expérimental. Le travail sur la BO de « Somewhere » de Sofia Coppola les aurait inspirés. Le groupe a posté mi-janvier sur son site une image stroboscopique dévoilant le titre du disque (Bankrupt !) accompagnée de ce qui semblait être un bref extrait de l’album, dominé par un synthétiseur. Si l’envergure et les dates d’une probable tournée n’ont pas encore été révélées, la venue du groupe vient d’être annoncée au festival Rock en Seine, qui se déroulera du 23 au 25 août 2013 sur la pelouse de Saint-Cloud. C'est déjà ça de gagné. 
Date de sortie : Avril 2013 mais non confirmé

9. JIMI HENDRIX "People, Hell and Angels"
Pourquoi on l’attend ?
Un album « inédit » du plus grand guitariste de tous les temps, 40 ans après sa mort, forcément, ça fait frémir. Et ce, même si les ayants droit de Jimi Hendrix nous refont le coup tous les deux ans. Cette fois, on nous promet « une facette plus expérimentale » du guitariste gaucher, en congé de son groupe The Experience. Après consultation du spécialiste français Yazid Manou (à lire ici), on sait à quoi s’en tenir : il ne s’agira pas de nouvelles chansons mais de versions rares et inédites enregistrées avec différents musiciens. Ok, pas de quoi se ruer. Jusqu’à ce que  «Somewhere» (ci-dessous) soit opportunément envoyé en éclaireur. Cette version enregistrée le 13 mars 1968 à New York avec Hendrix (guitare, voix), Stephen Stills (basse) et Buddy Miles (batterie) vient à bout de nos réticences. Magique. On s’y croirait. Et on n’a pas encore entendu le Graal promis, « Mojo Man » avec les jumeaux Allen. Ni vu le prometteur biopic où Andre 3000 de Outkast incarnera Hendrix semble-t-il de façon convaincante… sans jouer une seule note de son répertoire (question de droits). Tout compte fait, oui, on va se ruer. 2013 Année Hendrix ?
Date de sortie : Le 5 mars 2013

10. DAFT PUNK (titre inconnu)
Pourquoi on l'attend ?
Voilà sans doute le disque le plus universellement attendu cette année. Chaque rumeur, chaque miette de confidence de ceux qui ont approché Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem Christo déchaîne des millions de commentaires et de reposts sur internet. Une folie. C'est vrai, le duo se fait rare. Il n'a pas sorti d'album studio depuis "Human After All" en 2005, même s'il a composé la B.O. de "Tron : Legacy" en 2010. Et sa dernière tournée, triomphale, remonte maintenant à 5 ans. Impossible de savoir ce que mijote vraiment le tandem casqué, qui cultive soigneusement le mystère. Sauf qu'il a travaillé avec Nile Rodgers, le leader de Chic. Il a aussi été question d'une collaboration avec Giorgio Moroder, artisan de la gloire de Donna Summer. Cela nous amène en tout cas à penser que Daft creuse sérieusement les fondamentaux disco. Dès lors, on fantasme un album de dance endiablé, disco-funk et rutilant, un moteur irrésistible pour les hanches capable de nous faire décoller jusqu'aux étoiles et oublier la crise sous la boule à facettes. Oui, on en attend trop. La pression est monstrueuse, sans doute paralysante pour le duo. Et si on les oubliait un peu ?