René Angélil, le pygmalion de Céline Dion, est mort

Par @Culturebox
Mis à jour le 15/01/2016 à 10H38, publié le 15/01/2016 à 08H45
Céline Dion et René Angélil, en 2008 au Festival de Cannes, en France 

Céline Dion et René Angélil, en 2008 au Festival de Cannes, en France 

© VALERY HACHE / AFP FILES / AFP

René Angélil, époux et imprésario de la chanteuse Céline Dion, est décédé jeudi à 73 ans des suites d'un cancer dans sa résidence de Las Vegas où l'artiste canadienne avait repris ses spectacles en août 2015. René Angélil avait commencé comme chanteur du groupe québécois Les Baronets, avant de se tourner vers le métier d'agent et de découvrir Céline Dion, alors pré-adolescente de 12 ans.

"C'est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons que René Angélil est décédé", selon le message que Céline Dion a fait publier sur son site officiel. "La famille souhaite vivre le deuil en toute intimité". L'avis de décès également posté sur le compte Twitter officiel de la chanteuse québécoise a déclenché une avalanche de réactions, de personnalités artistiques ou politiques comme de millions d'anonymes.

Reportage : S. Impallonia, C. Germain

https://videos.francetv.fr/video/NI_603455@Culture



 

Né en janvier 1942 à Montréal dans une famille libano-syrienne, René Angélil avait commencé comme chanteur du groupe québécois Les Baronets, en pleine vague yéyé de la première moitié des années 60. Faute de percer sur la scène, il s'est tourné vers le métier d'agent et c'est un peu par hasard qu'il a découvert Céline Dion, alors pré-adolescente de 12 ans. C'est la mère de la jeune fille qui fait entendre la voix de celle qui allait devenir une star planétaire.

"Un miracle s'est produit", devait avouer René Angélil un peu plus tard. "Quand j'ai entendu cette voix-là, je n'avais jamais rien entendu de tel. Pour moi c'est la plus belle voix du monde". Fort de quelques succès, localisés au Québec puis élargis à l'Europe  francophone au début des années 80, Céline Dion décroche pour la Suisse en 1988 le concours de l'Eurovision.
Radio Canada Info rend hommage à René Angélil

Joueur de poker invétéré

René Angélil, homme d'affaires avisé et joueur de poker invétéré, pousse alors la star naissante à prendre des cours d'anglais dans le but de mener une carrière aux Etats-Unis et dans le monde entier. Sacrée en 1996 "meilleure artiste francophone", Céline Dion, sous la houlette avisée de René Angélil, a monnayé ses talents par des contrats à répétition à Las Vegas. L'interprète de "My heart will go on", bande originale du film "Titanic", se produit régulièrement au Caesar's Palace de Las Vegas depuis 2003. Son contrat prévoit un cachet de 500.000 dollars pour chacun de ses  concerts.

A l'été 2014, Céline Dion suspend la série de spectacles à Las Vegas pour rester auprès de son mari dont le cancer à la gorge s'est réveillé. Mais c'est sur la demande insistante de René Angélil, qui a depuis cédé le destin de la carrière de Céline à son ami d'enfance, Aldo Giampaolo, que Céline va reprendre ses concerts en août 2015.

En coulisses, René Angélil et Céline Dion c'est aussi une histoire d'amour

Contre l'avis de sa mère avec qui elle restera brouillée de nombreuses années, Céline Dion tombe, à peine majeure, dans les bras de son mentor. De 26 ans son aîné, René Angélil a épousé en décembre 1994 sa muse dans la basilique de Montréal au cours d'une cérémonie médiatisée et avec des centaines d'invités. Déjà père de trois enfants de deux unions précédentes, René Angélil et Céline Dion ont eu trois garçons.
René Angelil et Céline Dion, en 1999 à Paris

René Angelil et Céline Dion, en 1999 à Paris

© FRANCOIS GUILLOT / AFP

Les hommages à l'enfant de Montréal

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a fait part de ses "sympathies les plus sincères à la famille et aux proches de René Angélil, particulièrement à son épouse Céline  Dion et ses enfants".

"Un géant du monde artistique nous quitte", a posté sur Twitter Mélanie Jolie, ministre canadienne du patrimoine.

Enfant de Montréal, la ville a immédiatement rendu hommage à ce "monument  du monde du spectacle", comme l'a déclaré son maire Denis Coderre, en mettant en berne les drapeaux sur les bâtiments officiels.