Le reggae de Natty Jean, entre Kingston et Dakar

Mis à jour le 19/12/2012 à 15H41, publié le 19/12/2012 à 15H19
Natty Jean à La Rochelle

Natty Jean à La Rochelle

© France 3

Le Sénégalais Natty Jean est en tournée française, moins d'un an après la sortie de son premier album solo "Santa yalla". Le musicien et chanteur africain propose un reggae matiné de sonorités africaines. Il chante principalement en wollof, mais aussi en français et en anglais.

En musique comme dans toute pratique artistique, il faut savoir reconnaître ses influences, les assimiler pour, enfin, les restituer empreintes de sa propre inspiration. Natty Jean en est, dans sa sphère musicale, l'une des meilleures illustrations du moment. 

Tradition et influences
Ce Sénégalais d'une trentaine d'années est passé par le hip hop et compose un reggae qui s'offre des détours du côté du rap comme du côté des grands anciens, aussi bien le dieu Marley que ses saints, Peter Tosh ou Bunny Wailer. Mais Natty Jean est africain, et il a grandi au son d'autres artistes influencés eux-aussi par la lointaine Jamaïque. Tiken Jah Fakoly ou Alpha Blondy apportent aussi un peu de leur couleur à son univers. Il en résulte une musique à la fois respectueuse de ses racines et ambitieuse dans ses ouvertures. Il serait tentant de la qualifier de new roots si, justement, cette définition ne le rangeait pas trop facilement dans un courant qui connait un grand nombre de clones.

https://videos.francetv.fr/video/NI_142633@Culture

Danakil

Natty Jean est aussi le fruit de ses rencontres, tant musicales qu'amicales. Avant de s'envoler pour une carrière solo déjà remarquée, il a gravité dans l'orbite de Danakil rencontrés à Bamako. Après avoir tourné un moment avec ce groupe en passe de devenir mythique dans sa génération, Natty Jean devenu grand s'en est émancipé avec bonheur.
La maturité du reggae
Il affirme avoir retrouvé dans le reggae la maturité qui manque à un hip hop trop bling bling... eh oui. 
Pas de dreadlocks, pas de références énamourées à Marley. Natty Jean a le cheveux ras et porte sur scène des tenues traditionnelles africaines ou des tenues occidetnales. Sorti de scène, il porte ce qui lui fait plaisir. Une casquette de base-ball et des sweat shirts mode, par exemple. Natty Jean est à l'image de sa musique : sincère, ouvert et sans complexe.

Santa Yalla, produit par Manjul et publié chez Baco Records