La Fouine incrimine "des fans" ou "des jaloux"

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/02/2013 à 12H21, publié le 07/02/2013 à 18H09
Le rappeur La Fouine au Printemps de Bourges en 2011.

Le rappeur La Fouine au Printemps de Bourges en 2011.

© Alain Jocard /AFP

Le rappeur La Fouine, dont la voiture a été touchée lundi à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) de deux balles de 22 long rifle, estime jeudi dans un entretien au journal Le Monde qu'il a "peut-être" été visé par "des fans" de rivaux ou "des jaloux". Tout en admettant que le rappeur Booba et lui se détestent, il refuse de croire que ce dernier ait "envoyé quelqu'un" pour lui tirer dessus.

"Cela reste des mots"
"Je hais Booba et Booba me déteste, mais cela reste des mots", explique-t-il à la journaliste du Monde Stéphanie Binet. "Je suis en compétition avec Booba, mais cela reste de la musique : qui est le meilleur MC ? Qui est celui qui va le plus ridiculiser l'autre ? Jamais je n'aurais imaginé que l'on allait me tirer dessus...". "Ce sont peut-être des fans, peut-être des jaloux, peut-être des gens qui attendaient la bonne occasion...", suppose-t-il.
La voiture de La Fouine, de son vrai nom Laouni Mouhid, a été visée par deux coups de feu lundi peu avant 5h du matin, alors que le rappeur rentrait  d'une soirée organisée dans une boîte de nuit pour la sortie de son nouvel album. Deux impacts de balle ont été constatés sur la voiture par les policiers et deux douilles de 22 long rifle, du petit calibre, ont été retrouvées sur place.
Pourquoi n'a-t-il pas porté plainte ?
Une enquête pour tentative d'homicide volontaire, confiée à la police  judiciaire du Val-de-Marne, a été ouverte. Mais La Fouine n'a pas voulu porter plainte, attisant les soupçons d'une affaire d'auto-promotion montée de toutes pièces.

"Je ne voulais pas faire de surenchère", explique-t-il dans Le Monde, en précisant que "rien ne m'empêchera de revenir sur ma décision". "Celui qui a fait ça, ils vont le retrouver", assure-t-il en précisant que le coupable "était bien renseigné". Les enquêteurs continuent en tout cas d'étudier toutes les pistes.

"Les clashs, c'est de la connerie"
"Il y a même des gens qui vont jusqu'à dire que j'ai tout monté pour que l'on parle de mon disque. Mais je n'en ai pas besoin, ma chanson 'J'avais pas  les mots' marche très bien", souligne le rappeur, âgé de 31 ans. Aujourd'hui, alors que son album "Drôle de parcours" vient de sortir, "la seule chose dont les journalistes veulent me parler c'est de ces coups de feu", déplore-t-il.

Aujourd'hui, La Fouine voudrait bien siffler la fin de la récré. "J'ai trimé toute ma vie pour me sortir de Trappes. J'étais content, moi, d'être sorti des coups de feu. (...) Les clashs, c'est de la connerie. J'aurais pu sortir handicapé de ces tirs et même en mourir". (...) Jamais je n'aurais imaginé que l'on en arriverait là". Bien trop cher payé en effet pour le droit de menacer un rival sur les ondes ou sur disque. Mais la surenchère, même verbale, ne va jamais sans risque.