Jay-Z : pourquoi son nouvel album est déjà un coup de maître

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 05/07/2013 à 19H45, publié le 04/07/2013 à 16H30
Jay-Z à New York en juin 2013

Jay-Z à New York en juin 2013

© Behar Anthony/Sipausa/SIPA

Le nouvel album de Jay-Z, "Magna Carta Holy Grail", sort ce jeudi 4 juillet. Mais pas pour tout le monde. Seuls les détenteurs de smartphones Samsung Galaxy peuvent le télécharger via une application dédiée. Et le premier million peut le faire gratuitement. Les autres attendront 3 jours supplémentaires, jusqu'à lundi 8 juillet. Avec ce partenariat, Jay-Z signe un de ses plus beaux coups...

Comment être disque de platine instantanément
On le sait, Jay-Z est un businessman accompli en plus d'être un poids lourd du rap américain. Fondateur et patron du label Roc-A-Fella et de l'agence de managment de sports Roc Nation, l'ancien co-propriétaire des Brooklyn Nets (équipe de basket-ball de NBA) est désormais agent sportif reconnu.

Le genre qui sait compter. Et flairer le bon coup. Son partenariat avec Samsung, sous ses airs de coup marketing réciproque un peu poussé, est tout à fait innovant. Et devrait lui rapporter gros sans trop d'efforts. Pourquoi ? Parce que Jay-Z a vite compris que le million de téléchargements gratuits de son album allait pouvoir le hisser directement en première place des charts, au niveau envié de disque de platine. Et ce grâce en partie à des milliers d'opportunistes, ravis de télécharger un disque qu'ils n'auraient jamais envisagé d'acheter.
Le teaser de "Magna Carta Holy Grail"
Le Billboard fronce le sourcil
Jay-Z a cependant rencontré un os sur son chemin. Le Billboard, le magazine US qui tient les comptes des ventes de disques et des hit-parades américains, lui a opposé il y a huit jours une fin de non recevoir : l'appli et les téléchargements via Samsung étant gratuits, "nous ne pouvons les retenir dans nos classements des ventes", a fait valoir le rédacteur en chef Bill Werde. Ce à quoi Jay-Z a aussitôt répliqué par un tweet affichant clairement ses intentions : celles de "changer les règles" (le hashtag #newrules du tweet ci-dessous). L'industrie musicale modifie ses propres règles pour Jay-Z
Et il est en passe de gagner la bataille. Shawn Carter (son vrai nom) est décidément puissant, malin et persuasif. Mardi 2 juillet, la RIAA (Association américaine de l'industrie du disque) a en effet surpris son monde en prenant fait et cause en sa faveur. Elle a carrément exaucé le voeu de Jay-Z en annonçant que poussée par "ce geste marketing créatif et innovant" elle avait décidé de modifier ses propres règles de certification.

Jusqu'à présent, la RIAA certifiait la comptabilisation des ventes digitales 30 jours après la sortie de disques, comme pour les ventes physiques (ce délai sert à prendre en compte les retours d'albums par les revendeurs qui les avaient commandé). A l'occasion de la sortie de "Magna Carta Holy Grail", la RIAA a décidé de délivrer désormais des certifications de ventes digitales d'albums dès le premier jour de leur sortie.

Très fort le Jackpot !
Une victoire de taille pour Jay-Z qui gagne donc sur tous les tableaux. D'abord, il est assuré d'être disque de platine le jour même de la sortie de "Magna Carta Holy Grail". Et ce, sans être encore classé dans les charts (puisque le Billboard traîne les pieds). Du jamais vu. Ensuite, ce 12e album de sa carrière sera en tête des ventes de toute façon lors de la sortie officielle via le label Def Jam les 8 (Europe) et 9 juillet (USA).

Mais il y a mieux, beaucoup mieux : pour cette opération bien huilée, Jay-Z n'a pas fait cadeau de son disque à Samsung. Le fabricant de smartphones a déboursé 5 dollars pour chaque téléchargement offert à ses clients. Et ce à l'avance !!! Faites le calcul 5 x 1 million = 5 millions de dollars direct dans la poche du rappeur avant même que quiconque ait pu jeter une oreille sur son disque. Du très grand art pour l'ancien petit dealeur de Brooklyn...