Avec Nestor Kéa et Lucio Bukowski, le rap lyonnais se révolte en poésie

Par @Culturebox
Publié le 15/07/2015 à 17H43
Nestor Kéa et Lucio Bukowski 

Nestor Kéa et Lucio Bukowski 

© Culturebox/France3

Nestor Kéa et Lucio Bukowski, respectivement le compositeur et l’interprète d’un duo de rap, ont déjà produit ensemble un premier album intitulé "L’art raffiné de l’ecchymose". Leurs compositions, alliant humour et textes d’un spleen sincère, sont devenues incontournables sur la scène du rap lyonnais.

Lucio Bukowski et Nestor Kéa se sont rencontrés par hasard, à la fin d’un concert, et le coup de foudre musical qui s’est opéré entre eux les a conduit à collaborer ensemble. Nestor Kéa compose dans un premier temps un morceau, qui sert de base à Bukowski pour l’écriture de ses textes. Ensuite, une fois que la voix est apposée au son, Nestor Kéa s’occupe des finitions. Il y a donc une complémentarité parfaite entre les deux artistes.

Reportage : D. Pajonk / L. de Bretagne / E. Vial

https://videos.francetv.fr/video/NI_485177@Culture


Cette collaboration a vu son apothéose avec la parution en 2014 de leur album "L’art raffiné de l’ecchymose". De ce titre on  comprend l’essence de la production artistique du poète Lucio Bukoski, issu du collectif lyonnais "Animalerie". Dans une interview accordée à Cultiz, il affirme en effet qu’il tente d’embellir ses échecs et ses douleurs à travers la musique. Cependant, et heureusement, ses textes ne tombent pas dans un mélodrame répétitif et monotone mais trouvent plutôt leur équilibre entre introspection sincère et autodérision. Les Inrocks, à ce titre, parlent de son « honnêteté brutale, que n’ont ni les cailleras diamantées ni les moralistes chiants ».

 
Nestor Kéa, de son côté, est un beatmaker, mais pas seulement : c’est également un musicien autodidacte qui peut jouer de nombreux instruments. Sa versatilité permet de juxtaposer des morceaux joués aux styles musicaux très variés, allant du jazz à la chanson française en passant par l’électro. Cette variété dans les styles est recherchée et revendiquée par les deux musiciens, qui refusent de se laisser emprisonner par un certain style dont ils porteraient l’étiquette. La quête de liberté musicale est donc leur moteur ; ils rejettent également l’idée d’obéir à une quelconque stratégie marketing. Globalement, leur créativité se veut basée sur du "ressenti" plutôt que sur du  "raisonné".
 
Après cette collaboration, les deux musiciens envisagent de faire ensemble un deuxième album. Entre temps, Lucio a déjà signé un nouvel album aux côtés d’Oster Lapwass et d’Anton Serra intitulé "La Plume et le Brise-glace". De son côté, Nestor Kéa, qui a toujours rêvé de composer la musique d’un film, a, faute d’offre, décidé de produire un album intitulé "Tesla", bande originale d’un film imaginaire qui retracerait la vie de Nikola Tesla, un génie aux 700 brevets d’inventions que l’Histoire semble avoir presque oublié.