Vieilles Charrues

du 19 au 22 juillet 2018

Vieilles Charrues : une 27e édition "colossale"

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 02/08/2018 à 16H47, publié le 23/07/2018 à 09H53
Festival des Vieilles Charrues 2018

Festival des Vieilles Charrues 2018

© Fred TANNEAU / AFP

Fidèle à sa réputation et malgré les incertitudes sur l'avenir, la 27e édition du festival des Vieilles Charrues a enflammé une nouvelle fois Carhaix, faisant le plein comme en 2017 avec plus de 280.000 spectateurs, ont annoncé dimanche les organisateurs. L'édition 2019 se déroulera du 18 au 21 juillet.

Sur quatre jours, une édition "colossale", non seulement par la qualité des artistes mais aussi par l'agrandissement et l'amélioration du site, avec "50% de terrain de jeu supplémentaire pour les festivaliers", a expliqué Jérôme Tréhorel, directeur de la manifestation.

Les pointures Depeche Mode et Gorillaz

Au nombre des réussites, les "pointures" Depeche Mode ou Gorillaz. Depeche Mode, "c'était un moment historique pour le festival d'avoir ce groupe mythique et planétaire" et ça a donné lieu à "une communion géniale avec le public", a estimé M. Tréhorel. Un peu la même chose avec le groupe britannique Gorillaz, emporté par "le tsunami Vieilles Charrues". "Ils nous ont dit que c'était un des plus grands concerts de leur vie", s'est-il réjoui.

https://videos.francetv.fr/video/NI_1268891@Culture

Les jeunes pousses Leska et Saro

Parmi les artistes en devenir ou les jeunes pousses, Jérôme Tréhoral cite d'abord les deux vainqueurs du "Label Charrues", sélectionnés au cours de l'année parmi un ensemble de jeunes formations : Leska (électro) et Saro (Beatbox Loopstation) "ont donné des concerts magnifiques devant un large public", assure-t-il.

Environ la moitié des artistes programmés aux Vieilles Charrues sont encore "en développement", se plaît à rappeller Jean-Jacques Toux, programmateur. Parmi ceux-ci, la chanteuse belge Angèle, le groupe français Therapie Taxi, oscillant entre rock et electro ou le rappeur parisien Lomepal. Pas toujours évident, quand la programmation se fait dès l'automne, de parier sur un jeune groupe ou musicien pour l'été suivant : "Quelqu'un comme Eddy de Pretto, par exemple, en septembre dernier, on n'en parlait pas beaucoup", relève Jérôme Tréhorel à propos de ce jeune artiste aux textes souvent âpres, programmé dimanche soir.

https://videos.francetv.fr/video/NI_1269143@Culture

"Diminuer le risque financier" 

"Il faut que notre festival trouve une solution pour diminuer le risque financier", a souligné lors d'une conférence de presse Jean-Luc Martin, président du festival. "Il existe (l'équivalent d')un stade de France à Carhaix. On peut accueillir des évènements en dehors de juillet", a-t-il souligné, rappelant que chaque soirée, la plaine de Kerampuilh accueillait autour de 70.000 personnes.

Géré par une association à but non lucratif et s'appuyant sur un réseau de 7.000 bénévoles, le festival doit vendre 205.000 billets pour atteindre l'équilibre. La vente assure 80% de son budget, les 20% restants provenant de partenaires ou de mécènes. "Le modèle économique des Charrues devient une exception dans un secteur en pleine mutation entre la concentration du milieu et une concurrence grandissante", constate Jérôme Tréhorel. Mais, affirme-t-il, "cette diminution du risque ne se fera pas au détriment du budget artistique. Il s'agira plutôt de baisser le coût de production en pérennisant certaines installations (clôture, entrées, réseaux divers...)", le tout "en préservant notre spécificité et notre indépendance". Cette réduction des coûts pourrait passer par une maîtrise du foncier, actuellement loué, "soit en rachetant des terrains, soit en ayant des baux emphytéotiques", a estimé Jean-Luc Martin. Autre piste à explorer: un éventuel mariage avec "de grosses boîtes de production" pour "faire de la coproduction et baisser les coûts de revient".

La visite de la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, qui les a assurés de son soutien et a qualifié les Vieilles Charrues d'"exemplaires", a mis du baume au coeur des organisateurs. Lors de la dernière soirée dimanche sur la grande scène il y avait Véronique Sanson, Robert Plant, chanteur mythique de Led Zeppelin, Orelsan et le Britannique Fatboy Slim pour son unique concert en France.