"Transparent" : l'été sera frais avec le tube du trio alsacien Scarlatine

Mis à jour le 26/05/2018 à 10H57, publié le 26/05/2018 à 10H39
Pierre Walsh la voix parfaite de"Scarlatine". Le trio mulhousien sort son premier EP quatre titres

Pierre Walsh la voix parfaite de"Scarlatine". Le trio mulhousien sort son premier EP quatre titres

© Scarlatine

Il viennent de Mulhouse et ont choisi un drôle de nom pour leur groupe de musique, "Scarlatine". Le trio alsacien sort son premier EP en édition limitée sur le label Médiapop Records. Quatre chansons en français dont "Transparent", le premier single au ton frais et léger. Un cocktail idéal pour faire danser tout l'été.

Il y a des choses qui ont besoin de maturation pour être bonnes... à l'image du trio "Scarlatine" qui a laissé mûrir lentement, mais sûrement, son joli projet. Leur premier EP sort ces jours-ci sur le label Médiapop à déguster tout l'été sans modération. 

Reportage : G. Dreyer / N. Meyer / M. Beauclair

https://videos.francetv.fr/video/NI_1240069@Culture

Lente gestation 

Que l'on ne s'y méprenne pas : cette scarlatine-là n'a rien d'une affection bactérienne responsable de maux de gorge et de petits boutons rouges. Née à Mulhouse, la nouvelle "Scarlatine" est plutôt en très grande forme, même si elle a pris beaucoup de temps avant d'éclore : quinze ans exactement. Ecrites par Arnaud Dieterlen (batteur de Bashung, s'il vous plaît) et par le journaliste Philippe Schweyer, les chansons dormaient dans un tiroir et attendaient patiemment le bon chanteur. C'est en la personne de Pierre Walch que les paroles ont trouvé leur voix.

Chanter en français

Un petit air pop des années 80, un timbre qui rappelle les débuts d'Etienne Daho, des paroles chantées l'air de rien, Pierre Walsh donne vie à des mélodies psychédéliques : "Dans les petits jeunes rencontrés à Mulhouse, personne ne faisait l'affaire. Puis en voyant Pierre Walch chanter, on a eu du haut niveau", se souviennent les deux compères. Mais rien n'était gagné puisque le Mulhousien a hésité avant de signer avec le label Médiapop : "Chanter en français, c'était un défi. C'était comme un rôle, il fallait que je m'identifie au personnage qui habite ces chansons, c'était presque comme un travail d'acteur", avoue le jeune folk singer.  
 

Ce premier disque est peaufiné jusque dans la belle pochette du vinyle. "Scarlatine" a choisi une photographie d’une surprise-party des années 1960, signée Bernard Plossu.
Pochette Scarlatine © B. Plossu / Mediapop