Christine and the Queens : découvrez son nouveau titre "Damn, Dis-moi"

Mis à jour le 22/05/2018 à 15H01, publié le 17/05/2018 à 21H25
Héloïse Letissier de Christine & The Queens se fait désormais appeler Chris.

Héloïse Letissier de Christine & The Queens se fait désormais appeler Chris.

© Because Music

Quatre ans après son premier album "Chaleur Humaine" et deux ans après avoir disparu des radars, Héloïse Letissier est de retour avec une nouvelle chanson. Ce single baptisé "Damn, dis-moi" sorti jeudi soir, annonce un nouvel album attendu pour septembre. Pas un album de Christine and the Queens mais de Chris tout court, comme sa nouvelle coupe de cheveux garçonne.

Appelez la Chris désormais

Oubliez Christine and the Queens : appelez-la désormais Chris tout court. A 29 ans, Héloïse Letissier a décidé de rayer la plupart des lettres de Christine and the Queens dont ne subsiste que Chris. Ce nom unisexe apparaît comme une façon d'afficher résolument son androgynie et de brouiller toujours plus les pistes du genre.

"Ce qui m'intéresse, c'est d'échapper à la définition, de faire l'éloge de l'indétermination", explique la chanteuse dans Le Monde Magazine qui lui consacre sa couverture cette semaine.

Chris cite Eminem et Gainsbarre comme influences

Ce nouveau single "Damn, dis-moi" (et "Girlfriend" dans sa version internationale) est un titre nerveux aux accents funky, qui parle de désir, produit par Chris elle-même. En hommage au son G-funk, elle invite à bord l’un des pionniers du genre, le Californien Dâm-Funk. Et rameute quelques pointures de studios comme le guitariste Marlon McClain (qui a travaillé avec En Vogue, George Benson, Maurice White) et le claviériste David Frank (Destiny's Child, Chaka Khan, Phil Collins).

"Voici l'acte de naissance de Chris : plus ancrée, plus fière, plus drôle, et sacrément horny", écrit Chris dans le communiqué de presse. "C'est aussi le résultat explosif d'une macération de références plus agressives, dans lesquelles j'ai trouvé la force pour raconter l'exaspération qui était la mienne : le G-funk et la période Gainsbarre (le suintement sexuel, le mal de vivre)."

"Cette chanson, c'est voler à ce que j'aime, et puis tordre : l'ego-trip est vicié car surréaliste, la franche colère devient une plaisanterie, car on a bien appris de l'unique Slim Shady (alias Eminem) que c'est toujours plus gratifiant d'être enragé tout en amusant la galerie."

"Leur violence, je vais l'apprendre pour la déconstruire"

"Mais Chris c'est une nouvelle stratégie de survie", poursuit l'auteure, compositeur et interprète. "J'ai bien observé : les lions et les cadors ondulent de la hanche quand ils avancent. Ils ont la chemise ouverte jusqu'en bas. La naissance du muscle luit au soleil, la bouche est ouverte dans la chaleur de l'été. Leur puissance est aussi la mienne. Leur violence, je vais l'apprendre pour la déconstruire."

Son propos est idéalement illustré par la photo d'elle par Paolo Roversi que publie la revue "Egoïste".


Christine and the Queens sera en tournée en France en décembre. Elle reviendra alors d'une tournée internationale qui l'aura menée à l'automne de Bruxelles à New York et de Montréal à Philadelphie, Londres et Dublin.

La tournée française de Chris

04.12 Nantes - Zénith
05.12 Bordeaux - Metropole Arena
06.12 Montpellier - Zénith Sud
12.12 Strasbourg - Zénith
14.12 Lyon - Halle Tony Garnier
15.12 Toulouse - Zénith
18.12 Paris - AccorHotels Arena