La jeune chanteuse belge Angèle livre un premier album délicieux

Mis à jour le 05/10/2018 à 18H29, publié le 05/10/2018 à 16H45
Vous reprendrez bien une cuillère de 'Brol", le premier album d'Angèle ?

Vous reprendrez bien une cuillère de 'Brol", le premier album d'Angèle ?

© Charlotte Abramow

Depuis la sortie, il y a un an exactement, de sa première chanson et de son premier clip pour "La Loi de Murphy" (12 millions de vues sur YouTube), la jeune chanteuse belge Angèle a gagné le cœur de millions de fans. Elle publie enfin son premier album très attendu, "Brol", et ne déçoit pas. Découvrez-le ci-dessous ainsi que son tout dernier clip "Tout oublier", en duo avec son frère Roméo Elvis.

Beaucoup d'atouts et une forte personnalité

Angèle est un cas à part. Avec son teint diaphane et sa blondeur lumineuse, elle est d'une beauté saisissante. Mais pas intimidante : naturelle et cultivant l'auto-dérision (voir sa pochette par exemple), elle apparaît comme la fille next door. Surtout, la jeune bruxelloise a bien plus de cordes à son arc que sa frimousse et sa plastique. C'est sa personnalité tout entière qui triomphe aujourd'hui.

D'abord, cette pianiste de formation (classique, puis jazz) a composé et écrit son premier album, "Brol", quasiment seule. Ensuite, sa voix est délicieuse. Pure, juvénile, délicate et très expressive, elle est dénuée d'apprêts et ne force jamais.

Autre atout : sa créativité, qui se manifeste également dans ses clips, même s'ils sont toujours réalisés, sur ses idées, par d'autres (et notamment les deux premiers, signés de la très douée Charlotte Abramow). Enfin, et c'est peut-être sa botte secrète, Angèle, enfant de la balle qui a accompagné très tôt en tournée son père le chanteur Marka, puis son frère le rappeur Roméo Elvis, est très à l'aise sur scène. Aujourd'hui, à l'heure où sort son premier album, Angèle est devenue un modèle adulé par des millions d'ados, qui séduit également les adultes.

Le dernier clip d'Angèle sorti ce vendredi 5 octobre avec son frère Roméo Elvis, signé Brice VDH et Léo Walk

Une facette plus romantique et vulnérable d'Angèle

Sur "Brol" (qui signifie bordel ou capharnaüm en argot belge) on retrouve les singles entraînants qui ont fait monter le désir depuis un an : "La loi de Murphy", "Je veux tes yeux", "La Thune" et "Jalousie". Avec eux affleurait déjà la thématique centrale de certains de ses textes : les réseaux sociaux, leur culture du narcissisme, leurs pièges et leur miroir aux alouettes, à nouveau développé sur "Victime des réseaux".

Au sein des douze titres de "Brol", on découvre aujourd'hui d'autres facettes, plus vulnérables, de l'adorable chanteuse de 22 ans. Angèle déploie sur plusieurs chansons une veine amoureuse, introspective ou mélancolique, qui ajoutent un supplément d'âme et de profondeur à son répertoire.

Il y a en particulier "Nombreux", une vraie chanson d'amour à l'ancienne avec son piano romantique et ses jolies envolées vocales et "Ta reine", un titre sensible sur l'homosexualité féminine. Craquante aussi "Les matins", une ritournelle bien sentie sur le manque de l'autre les lendemains de rupture. Sur un rythme dansant à contre-emploi, le refrain dit :

"C'est les matins comme ça qui m'font pleurer
Leur vérité me tue car la nuit a su me faire oublier
C'est les matins comme ça qui m'font pleurer/
Dès mon premier regard face à la nuit solitaire que j'ai passée."

Reportage à Bruxelles E. Cornet / G. Pinol / E. Guyonnet / P. Guény

https://videos.francetv.fr/video/NI_1298619@Culture

Un hymne féministe

"Tout oublier" aborde la question de l'injonction au bonheur, "Flou" le succès qui lui est tombé dessus si vite tandis que "La flemme" évoque le mal du pays et l'envie de rester chez soi plutôt que de socialiser en soirée.

"Brol" offre aussi son grain de sel féministe avec "Balance ton quoi", une critique tout en charme et en fausse douceur de la misogynie en vogue notamment dans le rap francophone, une scène dont elle est proche via son frère et son compatriote Damso.

"Ils parlent tous comme des animaux/De toutes les chattes ça parle mal
2018, je n'sais pas c'qu'il te faut/ Mais je suis plus qu'un animal
J'ai vu qu'le rap est à la mode/ Et qu'il marche mieux quand il est sale
Bah faudrait p't'être casser les codes/ Une fille qui l'ouvre ça serait normal
(…) Même si tu parles mal des filles je sais qu'au fond t'as compris."

Admirable simplicité

Les textes d'Angèle reflètent l'époque. Qu'ils soient drôles, ironiques, tendres ou romantiques, son écriture est toujours d'une simplicité admirable et paraît être d'une sincérité absolue. La musique et les arrangements font aussi dans la simplicité, voire le dépouillement, et varient les styles, plus électro ou plus organiques, plus dansants ou plus lents, agrémentés de touches reggae ou de steel drums carribéens.

Toutes les chansons de "Brol" pourraient faire des tubes mais cet album ne comporte pourtant aucune de ces scies formatées, agressives, et stéroïdées que produit chaque jour l'industrie. Angèle n'a pas besoin d'artifices pour parler à l'oreille de tous.

L'album "Brol" de Angèle (Initial/Universal) est sorti vendredi 5 octobre
Angèle entame ce mois-ci une longue tournée en France et en Belgique qui passera par Paris au Trianon le 23 novembre (complet) et le 13 mars 2019 à l'Olympia. A noter qu'elle donnera un concert gratuit à la Fnac des Halles le 11 octobre.