La ville de Paris demande l'aide de l'Etat pour préserver l'oeuvre de Pierre Henry

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Publié le 21/03/2018 à 14H47
Le compositeur Pierre Henry en mars 2008, Cité de la Musique

Le compositeur Pierre Henry en mars 2008, Cité de la Musique

© Leemage / AFP

La Ville de Paris a demandé mercredi au ministère de la Culture son aide pour préserver l'oeuvre du compositeur Pierre Henry, l'un des pères de la musique électro-acoustique décédé en juillet dernier.

Le Conseil de Paris a voté ce voeu sur proposition de la maire PS du XIIe arrondissement, Catherine Baratti-Elbaz, qui travaille depuis des semaines avec la veuve du musicien disparu l'été dernier, pour la préservation des archives de l'auteur avec Michel Colombier de la mythique "Messe pour le temps présent".

https://videos.francetv.fr/video/NI_1033223@Culture

Le musicien habitait et composait dans le XIIe arrondissement, une maison devenue "au fil des années un véritable musée symbolique de son oeuvre, avec sa sonothèque et ses instruments d'enregistrement", selon l'élue. Ce lieu de création qu'il louait et ouvrait régulièrement au public pour des concerts privés, est devenu un élément du "patrimoine de la musique contemporaine", a-t-elle ajouté.

Le ministère de la Culture pourrait "accompagner la préservation de l'oeuvre"

La question de la préservation des archives s'est posée alors que la veuve et son association Son Re doivent en juillet, soit payer un loyer bien supérieur au loyer actuel ou quitter les lieux. La Ville de Paris a proposé un local et aide la veuve à rechercher du mécénat pour un événement-hommage mais voudrait l'aide de l'Etat.

Le ministère de la Culture pourrait "accompagner la préservation de l'oeuvre", a précisé la maire du XIIe à l'AFP, en travaillant avec la veuve sur le stockage des archives et en aidant financièrement le nouveau local ou des manifestations liées à l'oeuvre. Parfois considéré comme "le grand-père de la techno", qu'il a beaucoup inspirée, le nom de Pierre Henry, décédé à l'âge de 89 ans, reste attaché à la "musique concrète" (bruits ou sons enregistrés).