Steve Shehan, percussionniste et prince du hang, en concert à Paris

Par @annieyanbekian Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox
Mis à jour le 13/12/2013 à 12H56, publié le 11/12/2013 à 19H28
Steve Shehan, musicien, mais également passionné de peinture

Steve Shehan, musicien, mais également passionné de peinture

© Fani Kanawati

Musicien franco-américain au charisme implacable, Steve Shehan parcourt le monde depuis des années, rencontrant les humains et expérimentant de nouveaux instruments et modes d’expression artistique. Mais c’est près de nous, en Suisse, que l’ex-percussionniste du Hadouk Trio a découvert le hang. Il célèbre cet instrument fascinant sur un très beau disque et sur scène, jeudi à Paris, à L’Alhambra.

Le hang, instrument circulaire et métallique au son aérien, a vu le jour à Berne à la fin du XXe siècle. Depuis des années, il fait partie de l’arsenal percussif de Steve Shehan, 56 ans. Le musicien natif de Virginie, installé en France depuis un quart de siècle, l’avait même incorporé au répertoire sonore du Hadouk Trio, fameuse formation de world music (devenue depuis "Hadouk Quartet" avec deux nouvelles recrues) tout en traçant sa propre route en solo, éclectique, qui l’a mené du Sahara à l’Asie, ou encore en Amazonie, tout en accompagnant de nombreux artistes des scènes pop et rock (Bob Dylan, Paul Simon…), jazz et fusion (John McLaughlin, Magma…), et même la chanson (Yves Montand, Véronique Sanson…).

Des invités de prestige
Après plusieurs albums reflétant son travail d’ethnomusicologue de la Mauritanie à l’Indonésie, Steve Shehan, qui pratique et possède d’innombrables instruments de percussion, a souhaité se concentrer sur le hang, et composer pour et autour de cet instrument. L’occasion de confronter l’objet aux univers musicaux de plusieurs invités, parmi lesquels le trompettiste Ibrahim Maalouf, l’actrice iranienne Golshifteh Farahani, le multi-instrumentiste sibérien Vladiswar Nadishana, mais aussi son vieux complice du Hadouk Trio, Didier Malherbe, fameux joueur de duduk arménien.
Vidéo de présentation de l'album "Hang with you" de Steve Shehan, sorti le 14 octobre 2013 chez Naïve


La rencontre
Installé dans le Loiret, Steve Shehan a fait un aller-retour à Paris, le lundi 25 novembre, pour quelques rendez-vous dont un entretien avec Culturebox. Le temps de défendre son projet titré "Hang with you", un joli jeu de mots combinant le nom de son instrument et une expression anglaise qui parle de passer du temps ensemble, de partager.

- Culturebox : Comment avez-vous découvert le hang ?
- Steve Shehan : L'instrument est né en Suisse en 2000 à Berne. Je l'ai découvert par hasard avec Paul Simon. En 1999, avant sa sortie officielle, on m'a mis un prototype de l'instrument entre les mains. Un prototype d'une gamme un peu Antilles façon Carlos (il chantonne le thème de "Rosalie") que je trouvais sympathique, sans plus... Puis un ami m'a mis en relation avec les inventeurs, on a discuté au téléphone et on s'est vu. Ils m'ont proposé de concevoir d'autres types de gammes. Du coup, on s'est orienté vers des gammes au quart de ton, indonésiennes, iraniennes, hongroises, pentatoniques. Là, il y avait vraiment une ouverture, c'était révolutionnaire. A l'époque, j'ai été - et je le suis aujourd'hui encore - l'un des rares à mettre le hang dans un contexte orchestral. Ce qui est intéressant, c'est d'aller voir ce qu'on peut faire avec, en le forçant un peu, avec ses huit notes. Il suffit de travailler l'harmonie autour et les notes deviennent presque d'autres notes. Cela, ça m'intéresse.
 

En 2008, Steve Shehan faisait une vidéo de présentation du hang...


- Qui sont les inventeurs du hang ?
- C'est un couple (Felix Rohner et Sabina Schärer, ndlr) qui vit en Suisse. Lui a longtemps travaillé avec des steeldrums, des tambours de Trinidad. Il y a vingt ou trente ans, il a appris à en faire. C'est tout un art, c'est très difficile. Très vite, il s'est demandé si on ne pourrait pas adapter tout ça. Le steeldrum, c'est gros, coupant, lourd, on joue avec des baguettes... Il a eu une idée géniale qui a nécessité des années de mise au point, c'est pour ça que c'est admirable et qu'on devrait rendre un hommage beaucoup plus conséquent à ces gens qui ont vraiment ouvert un truc. Depuis, tout le monde s'est engouffré dedans, on trouve partout des fabricants qui n'ont rien à faire de ce couple qui a vraiment révolutionné la musique ! Il n'y a pas d'électronique, c'est un instrument portable, en fer, plus léger, plus facile à jouer, ça se joue avec les doigts, il n'y a pas besoin de baguettes. Le truc est magique !
 

"Hang with you", de Steve Shehan : répétitions et commentaires (novembre 2013)
- Avez-vous écrit les morceaux de votre album "Hang with you" en pensant aux invités qui y seraient associés ?
- Pas tout au début. Il y a une part de magie dans le sens où j'ai d'abord commencé à faire l'album, puis les invités se sont proposés d'eux-mêmes, par des hasards, quand je leur faisais écouter des choses. Paul Simon devait être dans cet album, mais comme il a mis une éternité à m'envoyer sa contribution, je lui ai dit qu'il serait dans le prochain disque ! Finalement, pour le morceau qui lui était destiné, "Yaar", c'est Golshifteh Farahani qui intervient à sa place. Mais dans cet album, tout s'est passé comme ça, de façon étrange, au gré des rencontres. Je me souviens du chanteur d'opéra, Ugo Rabec. Il écoute un morceau, il dit : "J'adore ! Je peux essayer un truc ?" Il chante, et là, il m'a scotché ! Puis il prend son violon, je ne savais même pas qu'il en jouait, il propose d'essayer "un autre truc", je l'enregistre... One take ! Une prise. Le chorus (improvisation, ndlr) qu'il a fait, il tue ! Tout est comme ça dans cet album. Des rencontres, de l'humain, des potes qui passent, en voyage, du feeling. C'est comme ça que je fonctionne.
Steve Shehan en répétition pour l'Alhambra avec "Anima Mundi" (octobre 2013)
- Quelques autres souvenirs marquants dans l'élaboration de ce disque ?
- Pour un morceau... je joue dans les arbres ! Pour ce titre intitulé "Princeps", j'ai réalisé les rythmiques en Mauritanie. Vous jouez l'arbre, et l'arbre répond ! il y a aussi un morceau, "Les Oiseaux ne me dérangent pas" que j'ai intitulé ainsi à la suite d'une remarque inquiète de mon ingé-son. Quand j'enregistre l'été, s'il y a un défaut, je m'en sers. Quand il fait bon, je laisse tout ouvert. Dans mes albums, il y a toujours des grillons, des grenouilles, je les enregistre depuis trente ans, je les adore, je n'y peux rien ! Ce jour-là, il y avait des oiseaux. L'ingé qui était en train d'enregistrer les percussions m'a dit : "Steve, attends, il y a un oiseau qui est passé, il a peut-être fait du bruit dans le truc..." Je lui ai dit : "Tu sais, les oiseaux ne me dérangent pas !" Et c'est resté.

- L’album se termine avec le morceau « Djanet my Home », dans lequel on entend un poème en tamacheq, la langue touareg, récité par votre ami Baly Othmani…
- C’est un hommage. Baly est mort il y a huit ans. C'est lui qui dit le poème, il l’avait écrit. C'est un truc qu'on avait enregistré ensemble il y a vingt ans. Baly me manque beaucoup, c’était le frère que je n'ai pas eu, il a complètement changé ma vie. Ce document, je l'ai retrouvé par hasard. J'avais un atelier qui a brûlé. Je suis tombé sur des enregistrements qui n'avaient pas fondu, mais sur lesquels il n'y avait rien d'écrit, parce que je suis très bordélique parfois... Je découvre alors des poèmes de Baly qu'on avait enregistrés en 1991. Le fils de Baly sera sur scène à L’Alhambra pour dire ce poème.

(Propos recueillis par A.Y.)

Steve Shehan (et divers invités) en concert à Paris, à L'Alhambra
Jeudi 12 décembre 2013, 20H30
Toutes les infos ici
Steve Shehan en répétition pour l'Alhambra avec "Smoking Guns" (septembre 2013)