Les frères Morvan, icônes du chant breton, fêtent leurs 60 ans de carrière

Publié le 07/08/2018 à 08H47
Yvon et Henri, les frères Morvan font danser la Bretagne depuis soixante ans

Yvon et Henri, les frères Morvan font danser la Bretagne depuis soixante ans

© France 3 / Culturebox

Chemises à carreaux, casquettes bien vissées sur la tête et toujours la même envie de chanter leur Bretagne, les frères Morvan fêtent cette année soixante ans de carrière. Et en bons Bretons, c'est lors d'un Fest-Noz dans leur village de Saint-Nicodème (Côtes-d’Armor) qu'ils ont célébré ce bel anniversaire.

Soixante ans de carrière et toujours la même passion de transmettre la culture bretonne, Yvon et Henri, les Frères Morvan, méritent une double médaille d'or. Un anniversaire que ceux que l'on surnomme "les rois du kan ha diskan", ont fêté sur leur terres, à Saint-Nicomède, avec leur famille et leurs amis.

Reportage : France 3 Bretagne - M. Hamiot / C. Bazille / H. Notat

https://videos.francetv.fr/video/NI_1274205@Culture

Indispensables dans les fest-noz

Au tout début de leur carrière, en 1958, les frères Morvan étaient quatre mais c'est essentiellement à trois (Yvon, Henri et François, décédé en 2012) qu'ils ont parcouru les routes et fait danser toute la Bretagne. Chanteurs de "kan ha diskan", chant et contre-chant traditionnel en langue bretonne, les Frères Morvan deviennent très rapidement les chanteurs incontournables des fêtes traditionnelles bretonnes (fest-noz) avec danses en chaînes ou en rondes.
Aujourd'hui Yvon, à 83 ans, et Henri, à 87 ans se souviennent  : "Quand on a commencé, on se demandait si ça allait durer... ça fait 60 ans que ça dure !"

La culture bretonne de la petite à la grande scène

Vêtus de la même tenue de scène, chemise à carreaux, casquette foncée et pantalon sombre uni, les frères Morvan sont considérés comme les icônes de la culture bretonne, qu'ils ont contribué à faire renaître à partir des années 1950-60. Loin d'être confidentiel, le trio a collaboré avec les tambours du Bronx et fait partie des fidèles du festival des Vieilles charrues à Carhaix. 

On a fait du plaisir à beaucoup de gens en soixante ans et on a pris notre part de plaisir aussi !

Yvon et Henri Morvan
Originaires de Botcol dans la commune de Saint-Nicodème (Côtes-d'Armor), les quatre frères célibataires ont été initiés au "kan ha diskan" par leur mère Augustine (disparue en 1976), qui tenait cette technique de chant de son père. Une technique de chant oral qui se transmettait le soir lors du repas familial.

J'aimerais encore en faire autant, mais je suis sûr que je ne le ferai pas !

Yvon Morvan
Avec leur bonhommie et leur simplicité d'accès, les Frères Morvan sont demandés dans tous les Fest-Noz. Cet été encore ils chanteront tous les jours ou presque. 

Kan ha dikan - chant et contre-chant

Le kan ha diskan, que l'on peut traduire par "chant et contre-chant", "chant et re-chant" ou "chant et déchant", est, en Bretagne, une technique de chant à danser a cappella traditionnel et tuilé en breton, pratiquée à deux ou plus. Le meneur (kaner) ou la meneuse (kanerez) chante le couplet qui est repris ensuite par le ou les autre(s) chanteur(s) (diskaner(ien)), démarrant sur les dernières syllabes du précédent. Traditionnellement pratiqué a cappella, on entend beaucoup ce type de chant en festoù-noz pour faire danser les personnes présentes, bien que nombre de chanteurs interprètent des chansons à écouter ou à la marche avec la même technique. Il est principalement pratiqué en Centre-Bretagne (Kreiz Breizh en Breton) par un couple ou un trio généralement. (Source : Wikipedia)