La mort de Ti-Raoul, figure de la musique martiniquaise

Publié le 20/12/2017 à 15H55
Pierre Paul Grivalliers, Ti-Raoul, sur la pochette usée du disque "Mi Bèlè-A" (détail)

Pierre Paul Grivalliers, Ti-Raoul, sur la pochette usée du disque "Mi Bèlè-A" (détail)

© Audivis Ethnic / DR

Pierre Paul Grivalliers, alias Ti-Raoul, "grand maître du Bèlè", figure historique de la musique traditionnelle des Antilles françaises, est mort lundi à Sainte-Marie (Martinique), a-t-on appris mardi soir auprès de ses proches.

Chanteur, auteur-compositeur de Bèlè, Ti Raoul Grivalliers était considéré comme un grand défenseur de la musique traditionnelle martiniquaise. Ses talents de chanteur et de conteur ont marqué plusieurs générations. Sa voix métallique et nasillarde était reconnaissable entre toutes. Quantité de ses chansons relevaient de la critique, voire de la satire sociale.

"Son timbre clair, puissant, son ton acerbe, son talent, son caractère bien trempé, sa voix unique ne laissaient personne indifférent, lui qui appartient à cette famille Grivalliers, originaire du quartier Pérou à Sainte-Marie, qui a tant donné au monde du bèlè", écrit dans un message de condoléances Marie-Hélène Léotin, conseillère exécutive à la CTM (collectivité territoriale de Martinique).
Ti Raoul : "Man Fwansiné"
Dans les années 50, Ti Raoul Grivalliers avait rejoint le ballet folklorique de Loulou Boislaville et participé à plusieurs tournées hors de son île natale.

Après avoir passé près d'une quinzaine d'années en métropole, Ti Raoul Grivalliers est revenu en Martinique en 1975. En 1990, les élus départementaux lui avaient attribué une médaille d'honneur. Ce grand maître du Bèlè avait également obtenu un Prix Sacem en 2005 dans la catégorie musique traditionnelle pour la chanson "Man Fwansiné", tirée de l'album "Misyé Bèlè". Ses obsèques auront lieu vendredi à Sainte-Marie.