Emel Mathlouthi et Tony Allen, un Cabaret Frappé africain et engagé

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 27/07/2012 à 18H02
Emel Mathlouthi en concert au Cabaret frappé à Grenoble

Emel Mathlouthi en concert au Cabaret frappé à Grenoble

© France3/Culturebox

A Grenoble, le festival du Cabaret Frappé a ouvert sa scène à la musique du monde. Tony Allen, le batteur de Fela Kuti et roi de l'afrobeat et l'artiste tunisienne Emel Mathlouthi étaient en concert sous le kiosque.

A presque 70 ans,Tony Allen n'a rien perdu de son énergie et de sa verve. Le musicien nigérian reste engagé auprès des populations opprimées. Vers le milieu des années 60, il est en tournée aux côtés de Fela Kuti aux États-Unis. Le pays est bouleversé par le mouvement de revendications des afro-américains. Ils comprennent alors que, face à l'oppression, l'engagement politique est une arme mais la musique en est une autre, parfois plus puissante. De cette prise de conscience naîtra un des courants fondamentaux de la musique africaine du xxe siècle : l'Afrobeat. 

Emel Mathlouthi, jeune musicienne tunisienne de 30 ans, figure de la révolution de jasmin, s'impose, elle, comme la relève d'une musique traditionnelle saupoudrée de rythmes électro. 

https://videos.francetv.fr/video/NI_131349@Culture

Le Festival du Cabaret Frappé se tient à Grenoble jusqu'au 28 juillet 2012.