Décès du chanteur Daniel Viglietti, qui fut le symbole de l'opposition contre la dictature en Uruguay

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/10/2017 à 10H26, publié le 31/10/2017 à 10H15
Le chanteur et compositeur uruguayen Daniel Viglietti en 2013

Le chanteur et compositeur uruguayen Daniel Viglietti en 2013

© NICOLÁS TAVIRA / NOTIMEX

Le chanteur et compositeur uruguayen Daniel Viglietti, 78 ans, est mort le 30 octobre. Auteur et compositeur de chansons populaires et très engagées, l'auteur notamment de "A desalambrar" et "Gurisito", fut un symbole de la protestation contre la dictature installée en Uruguay entre 1973 et 1985.

La nouvelle de sa mort a été annoncée par des médias locaux citant des proches du chanteur, puis confirmée par le Théâtre Solis de Montevideo, par un responsable de la municipalité de la capitale, Daniel Martinez. Selon le quotidien El Pais, Viglietti serait mort pendant une intervention chirurgicale.

Daniel Viglietti était né en 1939 à Montevideo. Guitariste et compositeur, ayant reçu une formation musicale classique, il s'est orienté vers la chanson populaire et politiquement engagée. Il a été arrêté en 1972 avant le coup d'Etat civil et militaire de l'année suivante. Viglietti a vécu en exil en Argentine et en France pendant la période de la dictature. Il est rentré en Uruguay en 1984.
Daniel Viglietti - A desalambrar
Parmi ses chansons les plus connues figurent "A desalambrar" et "Gurisito".
Daniel Viglietti - Gurisito - 15 Mars 2010 Paris.wmv
Daniel Viglietti était ami avec des personnalités comme l'écrivain uruguayen Mario Benedetti, avec lequel il a conçu une oeuvre musicale intitulée "A dos voces" (A deux voix) sur des poèmes de l'auteur, ou l'architecte brésilien Oscar Niemeyer. Viglietti a enregisté de nombreux disques, aussi bien en solo qu'en compagnie d'autres musiciens.