Hellfest à Clisson : la grande fête du metal est lancée

Mis à jour le 23/06/2013 à 09H46, publié le 22/06/2013 à 11H43
Le groupe Europe au Hellfest 2013, à Clisson (Loire-Atlantique)

Le groupe Europe au Hellfest 2013, à Clisson (Loire-Atlantique)

© Franck Dubray / Ouest France / PhotoPQR / MAXPPP

Le groupe Vektor a ouvert le bal vendredi à la mi-journée à Clisson (Loire-Atlantique), où le Hellfest rassemble des dizaines de milliers d’amateurs de hard rock et de "metal". Gothiques, adorateurs des démons mais aussi des dieux, métalleux et autres bikers sont rassemblés pour trois jours dans le coeur du vignoble nantais où ils célébrent leurs musiques dans une sorte de bal de Halloween.

Reportage : Eric Cornet et Olivier Tieth, Nathalie Aibar

https://videos.francetv.fr/video/NI_135987@Culture

Entre riff de guitare saturée et hurlements infernaux, les premiers bras se sont dressés, index et auriculaire tendus, geste de ralliement universel des fans du Hellfest, toutes chapelles confondues : le signe de Belzebuth.
 
Les Suédois d'Europe et du "Final Countdown", inattendus sur ce genre de scène, ont suivi, mettant tout le monde d'accord et entraînant une plaine noire  de quelque 30.000 personnes dans la reprise de leur tube de 1986, en fin d'après-midi.
 
La fête des décibels
Quelques enfants, aux oreilles protégées d'énormes casques, suivaient leurs parents aux tee-shirt à l’effigie d’AC/DC, Iron Maiden ou Gun's n Roses. Partout des décibels. De la musique allant de la mélodie rock ou hard rock aux hurlements plus difficiles à apprécier pour les non initiés.
 
Les puristes viennent chercher sur les scènes "Altar" ou "Temple" les musiques extrêmes à consonance satanique. D'autres traversent le festival pour se retrouver en "War Zone", là où les bouchons d'oreille sont presque une obligation.
 
Pour rassembler, la programmation fait la part belle aux "papys" du rock ou hard rock que même les plus purs metalleux reviennent écouter, comme une madeleine de leur enfance. Une madeleine comme Def Lepard et ses tubes des années 80 qui ont enflammé la plaine en fin de soirée vendredi.
 
ZZ Top et Kiss attendus samedi
ZZ Top et Kiss, deux autres groupes mythiques, sont attendus samedi soir dans ce festival où le rock le plus pur côtoie les costumes de religieux des deux sexes : d’improbables archevêques barbus croisent des "religieuses" voilées en habit, ou des moines, verres de bière à la main.
 
Une multitude de tatouages ornent les dos, les épaules, les bras ou les jambes, avec un motif récurrent, la tête de mort. Des punks du plus pur style, piercing et crêtes dressées malgré les  averses, côtoient des hommes aux longues chevelures arrivant au milieu du dos.
 
Venus de toute l'Europe, plus de 100.000 accros parcourent chaque année des centaines de kilomètres et cassent leur tirelire pour venir participer à cette grand messe en noir qu’est le Hellfest.