Ai Weiwei prépare un album de heavy metal

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Publié le 18/03/2013 à 19H17
Ai Weiwei dans son studio de Pékin, novembre 2011.

Ai Weiwei dans son studio de Pékin, novembre 2011.

© Jonathan Browning / Rex/REX/SIPA

L'artiste d'avant-garde chinois Ai Weiwei n'est pas du genre à limiter son champ d'intervention. Après avoir succombé au Gangnam Style de PSY, il s'invite dans la musique. L'insoumis ne donne pas dans la bluette. Il a jeté son dévolu sur le heavy metal. C'est en tout cas la teneur principale de l'album qu'il prépare. Un drôle d'ovni né de la volonté de fer d'un débutant.

Ai Weiwei au micro
Sur ce disque, Ai Weiwei chante les paroles qu'il a écrites. Son ami musicien, le rockeur chinois Zuoxiao Zuzhou, assure la musique. Le disque contient neuf titres. "Certains sont comme du heavy metal, certains sont plus punks, et d'autres plus pop", déclare le dissident au journal anglais The Guardian.

"J'ai vraiment adoré (faire ça)", déclare Ai Weiwei. "Ca m'a demandé un tel effort. Je ne connaissais pas la musique avant", précise-t-il.

"Je n'ai jamais écouté de musique"
Et c'est sans doute le plus fou de l'affaire : ce peintre, sculpteur, photographe et plasticien n'avait jamais vraiment écouté de musique auparavant. Encore moins joué. Son intérêt pour le rock est né dans des circonstances peu engageantes, durant sa détention de 81 jours en 2011. (Les autorités chinoises qui voient son activisme subversif d'un mauvais oeil l'ont depuis assigné à résidence à Pékin et l'ont soumis à un redressement fiscal exorbitant de 1,7 million d'euros, ce qui lui fait dire qu'ils veulent le "briser").

"A dire vrai, je n'ai jamais écouté de musique. Et puis, durant ma détention, les gardiens s'ennuyaient tellement qu'ils passaient leur temps à me demander "tu chantes une chanson ?", se souvient-il. "J'étais tellement triste que je ne pouvais pas en chanter une, exceptés les chants révolutionnaires qu'on nous apprenait enfants...Le temps m'aurait pourtant paru moins long".

Elton John l'a inspiré
"A ma sortie, j'ai réalisé que je n'avais jamais vraiment écouté de musique ni chanté, alors j'ai décidé de faire un album. Je connais plein d'artistes et de musiciens et ils m'ont vraiment soutenu", souligne ce touche à tout qui ne ménage pas ses critiques contre le Parti communiste chinois.

Elton John, qui lui a courageusement dédié un concert donné à Pékin l'an passé, a été une source d'inspiration. Il compte lui envoyer l'album et lui demander son opinion. Et sans doute ses conseils. Car si le disque est fin prêt et déjà mixé, Ai Weiwei n'a aucune idée maintenant de comment le distribuer...
La parodie de "Gangnam Style" de Ai Weiwei, qui joue avec l'idée des menottes...