Madonna, reine de la provocation, va souffler ses 60 bougies

Publié le 13/08/2018 à 19H25
madonna grammy © Jordan Strauss/AP/SIPA

Sexe, religion et chiffres de ventes: Madonna n'a cessé de repousser les limites depuis ses débuts. La reine de la pop, qui fête ses 60 ans le 16 août, continue de provoquer, dans la peau désormais d'une femme mûre et sans complexe.

La sexagénaire - un mot auquel elle offre une toute nouvelle jeunesse - sort avec des hommes deux fois plus jeunes qu'elle, affiche une silhouette à faire pâlir d'envie nombre de jeunes femmes et n'hésite pas à mimer des actes sexuels sur scène. Si la "Material girl" n'est pas la seule femme de l'industrie musicale à poursuivre sa carrière malgré les années, elle est une des rares à incarner le culte de la jeunesse. L'interprète de "Like a Virgin", qui a fait son entrée dans la culture pop en même temps que MTV, n'est jamais restée plus de quatre ans sans albums depuis ses débuts en 1983.


Plus que trois jours... On va tous manger du G Â T E A U


Son dernier opus "Rebel Heart" (2015) résumait son attitude en un titre: "Bitch I'm Madonna", chanté avec Nicki Minaj, une des nombreuses pop stars qu'elle a influencées. "Pour une chanteuse célèbre qui prend de l'âge et est toujours autant sur le devant de la scène, elle a toujours des choses à dire", estime Freya Jarman, de l'université de Liverpool, qui a co-écrit un livre sur "la madone". "Elle se démarque comme elle l'a toujours fait, dans le sens où elle a toujours voulu créer une émotion", souligne-t-elle. "De nombreuses stars semblent disparaître quand elles ne sont plus dans la lumière, ce n'est pas le cas de Madonna".

"Vieillir, c'est mal"

Pourtant, les réseaux sociaux et la presse people ne sont pas forcément tendres avec la star, s'attardant sur ses mains -- une des rares parties du corps pouvant trahir son âge -- ou l'épinglant quand elle a embrassé à pleine bouche un Drake grimaçant, et deux fois plus jeune qu'elle, au festival de Coachella en 2015. Etre "jolie, mignonne et sexy", voila ce que la société attend des femmes, mais pas qu'elles donnent leurs opinions ou partagent leur fantasmes sexuels, avait déclaré la chanteuse en 2016, en recevant un prix du magazine américain Billboard. 

"Et surtout, ne vieillissez pas ! Parce que vieillir, c'est mal. On va vous critiquer et ne plus vous passer à la radio", commenta la chanteuse, visant probablement la station BBC 1 qui, en quête d'une audience rajeunie, avait refusé de diffuser un de ses titres récents. Connue pour ses opinions politiques tranchées, la chanteuse est apparue en janvier 2017 à la "Marche des femmes" de Washington. Au lendemain de l'entrée de Donald Trump à la Maison Blanche, elle y avait appelé à résister à la "tyrannie", devant des centaines de milliers de manifestants.

 

Fantasme

Côté maternité, Madonna bouscule aussi les conventions: divorcée du réalisateur Guy Ritchie, mère de deux enfants biologiques, elle a adopté quatre enfants au Malawi et encourage ses fans, pour son anniversaire, à donner à sa fondation présente dans ce pays. Installée à Lisbonne, où un des ses fils a intégré le centre de formation du club de football de Benfica, la désormais mère de famille nombreuse continue d'avoir des relations avec des hommes plus jeunes qu'elle. Ce qui continue de fasciner les médias, bien plus que les paternités tardives d'un Mick Jagger ou les relations de stars masculines avec de plus jeunes femmes.
 
"En tant que féministe, je dirais 'tant mieux' pour elle. Elle réalise un fantasme que beaucoup de femmes ne veulent pas ou ne peuvent pas accomplir", estime la sociologue Pepper Schwartz, qui enseigne à l'université de Washington à Seattle. Car, si les femmes de plus de 60 ans s'invitent sur grand écran (Meryl Streep, Diane Keaton), rares sont celles qui ont des partenaires plus jeunes dans les films. Pour Madonna, poursuit la sociologue, la tâche est plus complexe, tant la chanteuse a habitué son public à choquer sur le plan sexuel.
 
Mais comme de nombreuses stars hollywoodiennes prenant de l'âge, elle représente un nouveau modèle à la génération des baby-boomers. Une manière de dire "nous ne sommes pas prêts à être rayés de la carte simplement parce que nous sommes plus vieux".