Le principal prix musical allemand supprimé suite à un scandale d'antisémitisme

Publié le 25/04/2018 à 16H23
Kollegah et Farid Bang aux "ECHOs", le principal prix de musique en Allemagne (12 avril 2018)

Kollegah et Farid Bang aux "ECHOs", le principal prix de musique en Allemagne (12 avril 2018)

© AXEL SCHMIDT / AFP

Suite à la polémique suscitée par la remise d'un prix à des rappeurs accusés de textes antisémites, le principal prix musical en Allemagne, un peu l’équivalent aux Victoires de la musique en France, les "ECHOs", n'aura plus lieu, a annoncé l'organisateur de cet évènement annuel.

Prisonniers d'Auschwitz

"Il n'y aura plus d'ECHOs (...) On ne veut pas que ce prix de la musique puisse être considéré comme une plateforme pour l'antisémitisme, le mépris des femmes, l'homophobie ou la banalisation de la violence", a dit la Fédération de l'industrie musicale, organisatrice jusqu'ici des ECHOs.

En cause, l'ECHO du hip-hop remis aux rappeurs Kollegah et Farid Bang qui ont vendu en Allemagne plus de 200.000 exemplaires de leur album "Jeune, brutal et beau gosse 3". L'une de leurs chansons, "0815", dans laquelle les deux chanteurs se comparent aux prisonniers du camp d'extermination d'Auschwitz, a déclenché une controverse dans un pays hanté par les crimes nazis. Les intéressés ont rejeté tout antisémitisme.

Mais la polémique n'a pas cessé, et plusieurs lauréats passés ont annoncé rendre leurs ECHOS, notamment le célèbre chef d'orchestre israélo-argentin Daniel Barenboim, directeur musical d'un des deux grands opéras de Berlin.
Kollegah et Farid Bang : "0815" (clip)

Repartir de zéro

La remise des prix ECHO est la cérémonie la plus renommée en Allemagne, dans des domaines allant du classique à la musique pop en passant par le jazz. Les prix se fondent sur les succès commerciaux des artistes et la victoire des deux rappeurs était dès lors attendue.

La marque ECHO a été endommagée à un tel point qu'un nouveau départ total est nécessaire", a admis la Fédération de l'industrie musicale, qui dit qu'elle prendra son temps avant d'annoncer la formule qui remplacera ces prix l'année prochaine.

Ce scandale intervient dans un contexte de craintes d'une résurgence de l'antisémitisme en Allemagne. La chancelière allemande Angela Merkel s'est émue de cette situation à plusieurs reprises ces derniers mois, la dernière fois dimanche dans une interview à une télévision israélienne.