Le président des Grammys accusé de sexisme par des chanteuses

Publié le 01/02/2018 à 09H30
Neil Portnow, le président de la Recording Academy, aux Grammy Awards 2018

Neil Portnow, le président de la Recording Academy, aux Grammy Awards 2018

© Michael Kovac / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

La chanteuse Lorde a ajouté mercredi une note aux critiques contre Neil Portnow, le président de la Recording Academy, l'instance des professionnels de la musique organisatrice des Grammy Awards. Celui-ci avait appelé les artistes femmes à "passer à la vitesse supérieure", après une 60e cérémonie, dimanche, qui n’a récompensé qu’une femme, alors qu’elles étaient présentes dans vingt catégories.

Neil Portnow : les artistes femmes doivent "passer à la vitesse supérieure" (E. News)

Pink en tête

A l’issue du palmarès, Neil Portnow, avait déclaré que "les femmes qui ont la créativité dans leur cœur et leur âme, qui veulent être musiciennes, (...) ingénieures, productrices, et faire partie de cette industrie au niveau de l'encadrement" devaient "passer à la vitesse supérieure". Il se référait à la quasi absence de femmes lauréate d’un Gammy cette année.

Dans les catégories principales comme dans celles concernant la pop, le rock, le R&B, le rap ou la country, soit une vingtaine au total, un seul prix est allé à une femme ou un groupe féminin : la Canadienne Alessia Cara, sacrée révélation de l'année.

Les commentaires de Neil Portnow ont été très mal pris, notamment par la chanteuse Pink, connue pour son féminisme. "Les femmes passent à la vitesse supérieure depuis la nuit des temps", a-t-elle écrit dans une lettre ouverte à Portnow, postée sur son compte Twitter. "Nous montrons à la prochaine génération de femmes et de jeunes filles, de garçons et d'hommes ce que signifie être égaux et à quoi ressemble le fait d'être équitable", a-t-elle conclu.
Les réactions aux propos de Neil Portnow (ET Entertainment Tonight)

"Ame perturbée"

Ces 60eme Grammy Awards ont été l'acte de naissance d'un mouvement prônant davantage de représentation féminine dans l'industrie musicale. Les chanteuses Lady Gaga, Janelle Monae, Kesha, Cyndi Lauper ou Camila Cabello ont toutes témoigné leur engagement en faveur de cette évolution lors de la cérémonie.

Après Pink, la chanteuse Kelly Clarkson a qualifié Neil Portnow d'"âme perturbée", le renvoyant, avec humour, à son nouvel album "Meaning of Life", sorti le 20 octobre dernier. Connue pour son hit "A Thousand Miles", Vanessa Carlton a même appelé les internautes à signer une pétition réclamant la démission du président de la principale organisation professionnelle de la musique aux Etats-Unis. Mercredi, vers 21H00 GMT, la pétition approchait le seuil des 10.000 signatures fixé par ses initiateurs.
Page achetée au New Zealand Herald par la chanteuse Lorde (31/01/2018) 

Page achetée au New Zealand Herald par la chanteuse Lorde (31/01/2018) 

© Nick Perry/AP/SIPA
Nommée dans la catégorie reine d'album de l'année, la chanteuse Lorde a acheté une pleine page dans l'édition de mercredi du quotidien The New Zealand Herald pour remercier son public. "Merci, aussi, d'avoir foi en des musiciennes", a écrit la jeune artiste de 21 ans. "Vous créez un magnifique précédent !"