Johnny Hallyday laisse un 51e album rock inachevé

Par Culturebox (avec France 2 et AFP) @Culturebox
Mis à jour le 09/12/2017 à 14H08, publié le 09/12/2017 à 14H07
Johnny Hallyday au festival de Cannes (16 mai 2009)

Johnny Hallyday au festival de Cannes (16 mai 2009)

© Lydie / Nivière / Niko / Sipa

Jusqu'à ses derniers jours, Johnny Hallyday, décédé mercredi, n'a jamais cessé de travailler à son 51e album studio sans pouvoir le terminer. Il aura toutefois enregistré une dizaine de chansons aux sonorités rock pour cet opus encore sans titre, que ses fans espèrent voir sortir en 2018.

Reportage : N. Lemarignier, C. Airaud, A. Dupont, O. Lecointe, M. Le Rue

https://videos.francetv.fr/video/NI_1139719@Culture

Le 17 mars dernier, neuf jours après avoir annoncé qu'il était atteint d'un cancer, Johnny Hallyday s'est mis au travail. Prêt à en découdre avec la maladie, il postait même sur Twitter une photo (non datée) où on le voit, entouré de ses musiciens, accroupi et faisant un doigt d'honneur à l'objectif, avec ce message : "En studio pour un nouvel album. Fuck the Cancer !"

Même si ce cancer l'a finalement emporté, Johnny avait puisé une vraie énergie pour combattre la maladie dans ce projet musical ainsi que dans la tournée des "Vieilles Canailles" en juin et juillet avec Eddy Mitchell et Jacques Dutronc, au cours de laquelle il croisait pour la dernière fois son public.

Des sessions studio au printemps à Los Angeles

Entre deux séances de chimiothérapie, les premières sessions d'enregistrement se déroulent au printemps à Los Angeles, où il vit encore, à l'Apogee Studio, avec notamment son guitariste fétiche Yarol Poupaud, par ailleurs son directeur musical. Elles se poursuivent à la fin de l'été au studio Guillaume Tell à Paris, comme en atteste une autre photo, publiée par Laeticia Hallyday sur Twitter, où on voit Johnny en compagnie du compositeur Maxime Nucci, dit Yodelice, qui réalise son album.

"Je me souviens de ces séances de voix en septembre. Les meilleures que l'on ait faites", écrivait jeudi avec émotion, sur Facebook, Bertrand Lamblot, le directeur artistique des derniers albums de la star. De plus en plus affaibli, Johnny espérait finir cet album chez lui à Marnes-la-Coquette, même lorsque le souffle lui manquait trop.

"C'est très rock, un retour aux sources"

Au final, "dix titres ont été enregistrés. Puis la maladie est devenue trop forte, il n'a pas pu enregistrer les deux derniers titres", a affirmé le journaliste Philippe Manœuvre sur le plateau de BFMTV. Jean-Claude Camus, le producteur historique de Johnny, avait pu écouter huit de ces chansons. "C'est très rock, un retour aux sources", a-t-il décrit au Parisien.

Pierre billon, ami de Johnny, déclare dans le reportage France 2 ci-dessus, à propos des premières musiques enregistrées : "Je les ai entendues dans son bureau il y a un mois, un mois et demi. Il me les a faites écouter très fort, car il écoute toujours très fort. C’est bien du rock : il y a des grosses basses, des grosses guitares."

Christophe Miossec, auteur de plusieurs chansons ces dernières années, lui a écrit une chanson, "sur Los Angeles", la ville d'adoption de la star depuis 2009, a précisé par ailleurs Jean-Claude Camus également au Parisien.

Il y a un mois, Sébastien Farran, le manager de Johnny Hallyday, affirmait à l'AFP que l'album n'allait "pas tarder à entrer dans sa finalisation", espérant une sortie "courant 2018". Sa maison de disque Warner refusait vendredi d'évoquer cet album en préparation, dans cette période de deuil.