Viktor Lazlo ressuscite Billie Holiday au Théâtre Rive Gauche

Par Sophie Granel @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 01/12/2012 à 16H01
Viktor Lazlo dans la peau de Billie Holiday au Théâtre Rive gauche

Viktor Lazlo dans la peau de Billie Holiday au Théâtre Rive gauche

© DR

C'est à un monument du Jazz que s'attaque Viktor Lazlo au Théâtre Rive Gauche. Jusqu'au 17 janvier 2013, la chanteuse et comédienne belge y rend un vibrant hommage à son idole de toujours : Billie Holiday. Le spectacle mis en scène par l'écrivain Eric-Emmanuel Schmitt retrace la vie à la fois tragique et extraordinaire de cette grande dame de la musique noire américaine à travers ses plus grands succès.

https://videos.francetv.fr/video/NI_134585@Culture

Il est des vies qui ressemblent à des romans. La vie de Billie Holiday est de celles-là. Enfant illégitime d'un musicien de jazz et d'une adolescente de 13 ans, la petite Eleanora Fagan connait des débuts difficiles. Une enfance marquée par les drames : la mort de sa grand mère qui décède brutalement alors que la petite fille dort dans ses bras. Un viol alors qu'elle n'a que 10 ans. Le bordel dans lequel sa mère la place. Un destin qui en aurait brisé plus d'une. Mais pas elle.

Après avoir repris le nom de son père (Clarence Holiday) qui la surnommait Bill en raison de son côté "garçon manqué", Billie Holiday se produit dans des clubs du Bronx et de Harlem avant d'être découverte par un producteur de la Columbia. Sa carrière est lancée. Une carrière faite de hauts mais aussi de beaucoup de bas notamment dûs à sa vie dissolue. Alcool, drogue, l'artiste fera même de la prison pour détention et usage de stupéfiants. Des excès qui finiront par causer sa perte : le 17 juillet 1959 Billie Holiday s'éteint. Elle avait 44 ans.

Une vie à "Pleurer des rivières"* que Viktor Lazlo a choisi d'immortaliser à travers ce spectacle mais aussi un album et un livre "My name is Billie Holiday" paru chez Albin Michel au printemps dernier. 

*Titre d'une chanson de Viktor Lazlo, adaptée du grand classique américain "Cry me a river"