Victoires du Jazz 2013 : Collignon, Maalouf et Enhco lauréats

Par @annieyanbekian Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox
Mis à jour le 09/07/2013 à 11H05, publié le 29/06/2013 à 10H06
Médéric Collignon / Ibrahim Maalouf le 20 janvier 2012 à la Cigale

Médéric Collignon / Ibrahim Maalouf le 20 janvier 2012 à la Cigale

© Alexandre Lacombe / Philippe Huynh-Minh pour Maxppp

Médéric Collignon récompensé pour son hommage discographique à King Crimson, Ibrahim Maalouf sacré Artiste de l'année, Thomas Enhco désigné Révélation, voilà le palmarès des Victoires du Jazz 2013, décernées vendredi soir en ouverture du festival Jazz à Vienne.

Le trompettiste Ibrahim Maalouf, qui a reçu le trophée de l'Artiste de l'année, cueille les fruits de deux années fastes, celle de la sortie de l'album "Diagnostic" en 2011, qui clôturait une trilogie aux couleurs jazz, world music et aux accents orientaux qui aura fait son grand succès, puis "Wind" en 2012, un disque plus ancré dans le jazz. Depuis, le trompettiste franco-libanais vend pas mal de disques - un exploit dans un marché sinistré - et se retrouve invité par d'innombrables festivals.

Déjà nommé aux Victoires du jazz 2012, Ibrahim Maalouf s'impose cette fois devant le saxophoniste Pierrick Pédron (qui repart bredouille comme l'an dernier) et le batteur André Ceccarelli qui a sorti son dernier album (en tout cas, en tant que leader, comme on dit dans le jazz) en novembre 2012. Le trompettiste avait reçu une première Victoire du Jazz en 2010 en tant que Révélation instrumentale.

Une troisième Victoire pour Médéric Collignon
Le cornettiste Médéric Collignon, adepte du travail de relecture, réarrangement et re-création des musiques qui le passionnent, est récompensé pour le disque "À la recherche du Roi Frippé" amoureusement dédié à Robert Fripp, l'âme du groupe de rock progressif King Crimson. Un challenge ambitieux, pour un résultat remarquable, qui mériterait plus de visibilité -et de dates !- sur les scènes de France. Ce musicien surdoué, originaire des Ardennes, a déjà été primé deux fois aux Victoires du Jazz : Révélation instrumentale en 2007 et Artiste de l'année en 2010.

Pour l'édition 2013, dans la catégorie "disque de l'année", Médéric Collignon était en lice avec deux excellents pianistes, Laurent de Wilde pour son album "Over the Clouds" et le Belge É‏ric Legnini pour "Sing Twice", deux disques extrêmement attachants.
Thomas Enhco, absent de Vienne, a immortalisé sa joie depuis Ottawa, et en a fait profiter ses fans et amis sur les réseaux sociaux (28/6/2013)

Thomas Enhco, absent de Vienne, a immortalisé sa joie depuis Ottawa, et en a fait profiter ses fans et amis sur les réseaux sociaux (28/6/2013)

© DR
Thomas Enhco, Révélation de l'année, "très heureux"
Un pianiste a tout de même tiré son épingle du jeu vendredi soir à Vienne : le jeune Thomas Enhco, élu Révélation de l'année. Il remporte ce trophée au détriment des saxophonistes (décidément malheureux dans ce palmarès 2013) Lisa Cat-Berro et Baptiste Herbin. Petit-fils du chef d'orchestre Jean-Claude Casadesus, beau-fils de Didier Lockwood, Thomas Enhco, 24 ans, possède une double formation classique et jazz. Il a sorti en 2012 un album remarqué, "Fireflies". Il nous a confié samedi matin dans un message : "Ma réaction, c'est que je suis très heureux, d'autant plus parce que la reconnaissance du 'métier' est quelque chose de très gratifiant, encourageant, porteur... C'est vraiment cool !"

> Récapitulatif de toutes les nominations, avec liens d'articles et vidéos d'archives, ici.

> La cérémonie des Victoires du Jazz 2013 sera diffusée sur France 3 le samedi 13 juillet vers minuit (après une diffusion le samedi 6 vers 23h45 sur France 3 Rhône-Alpes).