La "Balade en saxo" de Manu Dibango, en livre et disque

Par @Culturebox
Publié le 22/12/2013 à 16H11
Manu Dibango, Nice, septembre 2013

Manu Dibango, Nice, septembre 2013

© VALERY HACHE / AFP

On le présente souvent comme le pape de l'afro-jazz. A 80 ans, Manu Dibango n'a plus rien à prouver. Décidément infatigable, il sort un nouvel album et un livre éponyme "Manu Dibango, balade en saxo". Il était l’invité du journal de France 3 le 21 décembre pour cette double actualité. Il n’a pas manqué de réagir aux évènements de ce monde.

Son rire éclatant, ses yeux pétillants et sa bonne humeur sont légendaires. Mais que l'on ne s'y trompe pas Manu Dibango n'a rien d'un citoyen naïf. Bien au contraire. Il n'hésite pas à exposer son point de vue sur les évènements de ce monde. Aujourd'hui âgé de 80 ans, il se sent plus que jamais libre d'exposer son avis. L’auteur du succès planétaire "Soul Makossa" dans les années 70, a travaillé avec les plus grands, touché à tous les styles de musique même si l'afro-jazz reste celui dans lequel il excelle.

Aujourd'hui, le chanteur camerounais sort un livre : "Manu Dibango : balade en saxo dans les coulisses de ma vie" et un nouvel album qui porte le même nom dans lequel il rend hommage à de grands jazzmen et artistes de la chanson française. 

Manu Dibango interviewé par Nora Boubetra pour France3

https://videos.francetv.fr/video/NI_140899@Culture

"Manu Dibango : balade en saxo dans les coulisses de ma vie"
Dans son livre, le chanteur raconte quatre fois 20 ans d’une vie bien remplie, son parcours en France où il reste avant tout Africain avant d’être musicien. Un ouvrage qu'il présente un peu comme un conte, une invitation à communier ensemble.  

«Au soir de ma vie, j'ai ressenti l'envie de vous raconter cette histoire qui est mienne, venue essentiellement du pays des Blancs où j'ai passé le plus clair de mes années. Par choix, par nécessité, par fatalité ! Je ne me pose pas la question, aussi longtemps qu'il s'agit de la terre des hommes. Je suis parti par la mer. Mon père, dont je devais réaliser les rêves, espérait que mon retour serait aussi merveilleux qu'un conte.

Je ne suis pas un griot, car je ne suis pas l'homme d'un pouvoir. Je suis l'homme des hommes sur une terre que je voudrais sans frontières.

Balade ou ballade ? Certainement les deux. C'est sur les routes des concerts et au contact du public que j'existe, que mon saxo invite à une communion universelle, comme à la prière du soir, quand la nuit s'étend sur les villes et les villages...»
 

Que les fans se rassurent,  Manu Dibango continue de se produire sur scène. 

Prochain rendez-vous le 4 mars 2014 à l'Olympia pour un concert qui s'annonce comme un évènement.