Jazz à la Villette

du 30 août au 09 septembre 2018

Jazz à la Villette 2018 : folle soirée africaine en ouverture

Mis à jour le 01/09/2018 à 19H45, publié le 01/09/2018 à 18H46
Salif Keita, ici en mai 2018.

Salif Keita, ici en mai 2018.

© GULSHAN KHAN / AFP

Avant le jazz, le festival parisien s’est offert une première soirée endiablée entièrement dédiée à l’Afrique. Un grand voyage musical de l’afrobeat de Femi Kuti à l’afro punk du duo français Tshegue, pour finir avec l’afro pop de Salif Keita qui fête ses 50 ans de carrière.

Une soirée qui a commencé avec la puissance et la folie du duo parisien Tshegue, formé par Faty Sy Savanet et Nicolas « Dakou » Dacunha, qui mélange rythmes africains, trance et punk. De l’afro punk diront certains. Un pari osé en ouverture d’un festival de jazz mais qui a visiblement séduit le public de la Villette, prêt à poursuivre le voyage avec une autre énergie celle de Femi Kuti.

Reportage : J. Serra / G. Bezou / Y. Zysman / D. Gavat

50 ans de carrière

Après cette débauche d’énergie, la soirée s’est achevé avec l’une des plus grandes voix d’Afrique, Salif Keita, qui célèbre cette année ses 50 ans de carrière. A cette occasion, il sort un nouvel album "Talé", réalisé en collaboration avec Philippe Cohen Solal de Gotan Project, et où le griot, à presque 70 ans, continue d’explorer d’autres horizons pour nous offrir une fusion entre la musique électro et la musique mandingue. Un album qui sera le dernier pour l’artiste. Salif Keita a annoncé qu’il ne retournerait plus en studio pour un album complet, mais ne s’interdit pas quelques collaborations avec des amis.