La rock star de la trompette Ibrahim Maalouf fête ses 10 ans de scène avec un concert grandiose à Bercy

Par @Culturebox
Mis à jour le 15/12/2016 à 12H23, publié le 15/12/2016 à 11H57
Ibrahim Maalouf en concert à Marseille en octobre 2016

Ibrahim Maalouf en concert à Marseille en octobre 2016

© PHOTOPQR/L'INDEPENDANT/MAXPPP

Ibrahim Maalouf, le petit prince de la trompette enchante le public partout où il se produit. A 36 ans, le musicien franco-libanais a déjà écrit sept albums et joué dans plus d'un millier de concerts. Guidé par l'inspiration et l'émotion, il a fêté ses dix années de scène avec un concert grandiose à l'AccorHotels Arena de Paris-Bercy, devant 16 000 spectateurs.

Depuis plus de 15 ans, la trompette d'Ibrahim Maalouf suit son "maître" au doigt et à l'oeil et visite sans complexe tous les territoires culturels et géographiques.

Originaire du Liban, ses influences orientales imprègnent son art mais ne l'enferment pas dans un seul style. Si son maître absolu demeure Miles Davis, son jazz s'ouvre à tous les univers.

Itinéraire du trompettiste devenu phénomène musical.

Reportage : L. Hakim / G. Michel / D. Dahan / J. Martin / L. Bourdu / E. Urtado

https://videos.francetv.fr/video/NI_876855@Culture


J'essaie de prendre le plus sincèrement possible tout ce qui me vient. Je ne sais pas ce que je vais faire quand je joue, je laisse juste les choses sortir de manière naturelle. Ca ressemble à un peu d'Orient, un peu de jazz et surtout à beaucoup d'autres choses"

L'orient d'Ibrahim

Ibrahim Maalouf est un enfant de Beyrouth, né sous les bombes en 1980, dans un Liban décimé par la guerre civile. À 12 ans, il se rêve en architecte libre pour reconstruire son pays. Ce sera finalement grâce à sa musique qu’Ibrahim transmettra son souffle de liberté.

En 1993 alors qu'il n'a alors que 13 ans, il écrit une mélodie qui rend hommage à Beyrouth. 
Bercé par la musique orientale, le souffle qui sort de sa trompette a des accents hérités de la diva égyptienne Oum Kalthoum, mais fait tout autant vibrer rap, rock, folklore ou classique. 

Le quart de ton 

Douceur et chaleur, le son de la trompette d'Ibrahim Maalouf enveloppe l'oreille d'un souffle et d'un toucher immédiatement reconnaissables. Il est sans doute le seul trompettiste à manier le quart de ton tellement typique de la musique arabe. C'est son père, Nassim, lui-même musicien virtuose, qui avait inventé un instrument offrant cette possibilité.
trompette maalouf © France 2 / Culturebox

Une trompette à quatre pistons (contrairement aux classiques qui en ont trois). C'est ce petit ustensile en plus qui change tout. Sous les doigts du virtuose, la nuance harmonique prend des allures uniques.

Ibrahim Maalouf poursuit son chemin, qui va de la scène aux masters class en passant par les rencontres avec les enfants. Car ce qui motive toujours plus le trompettiste ce sont les mélanges et les croisements de routes.