Hermeto Pascoal : après Paris, le sorcier du Brésil à Vannes

Par @annieyanbekian Journaliste, responsable de la rubrique Jazz-Musiques du Monde de Culturebox
Mis à jour le 27/07/2013 à 10H20, publié le 26/07/2013 à 15H52
Hermeto Pascoal sur la scène du New Morning, à Paris (22 juillet 2013)

Hermeto Pascoal sur la scène du New Morning, à Paris (22 juillet 2013)

© Catherine Ledrux

Chacun de ses concerts constitue un événement. Le compositeur et multi-instrumentiste Hermeto Pascoal, 77 ans, a fait le show lundi soir au New Morning avec son "Grupo" -de haut niveau- dans le cadre du festival "All Stars", avant de remettre ça ce vendredi soir à l'occasion de "Jazz à Vannes". Petite immersion d'une (humble) néophyte dans l'univers live, baroque et foisonnant, du Maestro Hermeto.

Le "sorcier" est de retour dans nos contrées. Près de deux ans après son précédent passage rue des Petites-Écuries et un an après s’être produit à Coutances pour le festival Jazz sous les pommiers, Hermeto Pascoal, 77 ans dont un bon demi-siècle de carrière professionnelle, est revenu au New Morning avec sa musique inclassable entre jazz, free et rythmes brésiliens, son air de druide débonnaire et son art de transformer tout objet anodin en instrument de musique.

Lundi soir, New Morning, 21H, heure théorique du début du concert. Salle comble pour le club de jazz qui possède la capacité d'accueil la plus large de la capitale, soit environ 500 personnes, "une des maisons où il aime le plus jouer", confiera Hermeto Pascoal au public à la fin du show. En attendant, les ventilateurs tournent à plein régime, au grand soulagement des âmes sensibles harassées par la chaleur, qui s'impatientent...
Aline Morena sur la scène du New Morning (22 juillet 2013)

Aline Morena sur la scène du New Morning (22 juillet 2013)

© Catherine Ledrux
Le show démarre à 21h30 avec le "Grupo" de Hermeto Pascoal, sans le Maestro qui ne surgira qu'au titre suivant. Arrangement un rien psychédélique pour le premier morceau. Aline Morena, la jeune épouse du "Buxo" (sorcier), rencontrée en 2002 (deux ans après la disparition de sa femme Dona Ilza), chante en soliste, ses vocaux sans paroles -juste une voix énergique aux aigüs percutants, utilisée comme un instrument parmi les autres- synchronisés avec le saxophone de l'excellent Vinicius Dorin, allure de rugbyman tranquille, également flûtiste. Cette association voix et soufflant revient de manière récurrente durant un show exclusivement instrumental. Aline Morena ne chantera quelques paroles qu'à l'extrême fin du concert. En attendant, un autre protagoniste, le bassiste Itiberê Swarg, combine régulièrement improvisations instrumentales et vocales.
Vinicius Dorin (saxophone), Itiberê Zwarg (basse, chant) et Andre Pereira Marques (piano) aux côtés de Hermeto Pascoal, avec Marcio Bahia (batterie) et Fabio Pascoal (percussions) sur la scène du New Morning - 22 juillet 2013
Ceux qui pensent que musique brésilienne rime automatiquement avec chanson à texte en sont pour leurs frais, Hermeto Pascoal demeure, avec Egberto Gismonti, un grand porte-parole du jazz brésilien instrumental. Sans pour autant se prendre au sérieux. 

Facétieux Hermeto
Considéré comme un génie musical, le compositeur, qui n'a plus rien à prouver depuis des lustres, s'amuse sur scène. Il s'éloigne régulièrement de ses claviers pour aller voir les autres musiciens, parfois les haranguer, solliciter une improvisation par-ci, un échange entre piano et saxophone par-là. Il fait sortir de scène la quasi-totalité du groupe pour offrir tout l'espace au batteur Marcio Bahia...
Quand Hermeto Pascoal vient jouer du pandeiro dans le dos du pianiste Andre Pereira Marques... (22/07/13)

Quand Hermeto Pascoal vient jouer du pandeiro dans le dos du pianiste Andre Pereira Marques... (22/07/13)

© Catherine Ledrux
Bientôt, Hermeto Pascoal se planque dans le dos du pianiste Andre Pereira Marques -qui fait mine de ne rien voir- pour jouer du pandeiro au-dessus de sa tête, il imite le bruit d'un train ou d'un canard, il fait chanter un petit chaudron en s'accompagnant au clavier de sa main libre, il fait reprendre ses impros vocales par le public... Puis, assoiffé, il clame "Vino, por favor !" aux employés du bar en face de la scène... Lui qui a vécu aux Etats-Unis ne se donne pas la peine de parler anglais, préférant tantôt communiquer avec le public en portugais (il faut dire que de nombreux Brésiliens ont investi la salle, comme c'est le cas pour chaque concert parisien d'un de leurs compatriotes), tantôt céder le micro au chaleureux Marcio Bahia qui parle un français tout à fait correct.
Le saxophoniste Claudio de Queiroz, alias "Cacau", invité de Hermeto Pascoal sur la scène du New Morning, auprès de Vinicius Dorin (saxophone), Aline Morena (chant), Itiberê Zwarg (basse), Marcio Bahia (batterie), Fabio Pascoal (percussions), Andre Pereira Marques (piano) - 22 juillet 2013
Le groupe s'enrichit bientôt d'un invité, le saxophoniste Claudio de Queiroz, surnommé "Cacau", installé à Paris depuis des années. Car Hermeto Pascoal aime visiblement tout partager, autant la scène que sa folie douce et exubérante. Parmi les moments les plus magiques de la soirée, on citera ce fabuleux duo de percussions traditionnelles par Marcio Bahia et Fabio Pascoal (l'un des fils de Hermeto) accompagnés à la flûte par Vinicius Dorin.
Hermeto Pascoal à l'accordéon, Aline Morena au chant, Vinicius Dorin à la flûte, Itiberê Zwarg à la basse, Marcio Bahia à la batterie... sur la scène du New Morning à la fin du concert (22 juillet 2013) - Merci à Alain pour les vidéos
Le concert s'achève vers 23h30, après 2h30 de live (et une demi-heure d'entracte), par une petite démonstration de Hermeto Pascoal à l'accordéon, un instrument pratiqué depuis sa tendre enfance. Puis il se verse un verre d'eau sur la tête et s'éclipse avec ses amis en se déhanchant, hirare...

Une play-list compliquée à reconstituer
Après le show, ô surprise, il sera impossible de croiser le moindre spectateur capable de vous citer ne serait-ce qu'un titre de la play-list du Maestro Hermeto ! Car il faut bien le préciser, pour l'auteure de ces lignes, si Hermeto Pascoal est un grand nom de la musique brésilienne, l'essentiel de son répertoire reste à explorer... Durant le show, les gens ont applaudi les anciens morceaux qu'ils reconnaissaient, mais ils n'en connaissaient pas forcément les titres. Avec Hermeto Pascoal, rien à voir avec les standards populaires - tout en étant sophistiqués - d'un Tom Jobim. Ce ne sera pas faute d'interroger, à la fin du concert, nombre de mélomanes français, brésiliens, français d'origine portugaise...
Petite séquence percussions pour le batteur Marcio Bahia et le percussionniste Fabio Pascoal, lors du spectacle du New Morning (22 juillet 2013)

Petite séquence percussions pour le batteur Marcio Bahia et le percussionniste Fabio Pascoal, lors du spectacle du New Morning (22 juillet 2013)

© Catherine Ledrux
"Non seulement il a refait les arrangements de ses morceaux, mais en plus, il en a parfois changé les titres", souligne une dynamique Brésilienne, appareil photo à la main, qui n'hésitera pas à "emprunter" la play-list sur le clavier du Maestro en personne pour résoudre l'énigme. Une play-list commentée ensuite par le batteur Marcio Bahia : "Parmi les grands succès, il y a 'Jegue'... ainsi que 'Maracatu', qui s'appelle aussi 'Ilzinha'... ou encore 'Circo', qui s'appelle aussi 'Depois do Baile'..." Après tout, Jobim lui-même a retitré certaines de ses musiques. Néanmoins, il va y avoir du boulot pour parfaire nos connaissances pascoaliennes.

> Hermeto Pascoal au festival Jazz à Vannes
Vendredi 26 juillet 2013 à 21h00 et 22h30 au Jardin de Limur

Festival "All Stars" du New Morning
7 & 9, rue des Petites-Écuries
75010 Paris
01 45 23 51 41

Hermeto Pascoal (claviers, chaudron, corne, flûte, mélodica, verre d'eau...)
Itiberê Zwarg (basse, voix)
Márcio Bahia (batterie)
Fábio Pascoal (Percussions)
Vinicius Dorin (flûte, saxophones)
Andre Pereira Marques (piano)
Aline Morena (voix, guitare)