Erik Truffaz fête les 70 ans du Hot Club de Lyon aux Nuits de Fourvière

Par @Culturebox
Mis à jour le 07/06/2018 à 11H43, publié le 07/06/2018 à 11H39
Erik Truffaz sur la scène de l'Odéon à Fourvière

Erik Truffaz sur la scène de l'Odéon à Fourvière

© France 3 / Culturebox

Le Hot Club de Lyon a fêté ses soixante dix ans avec un trompettiste de renommée mondiale. Erik Truffaz était aux Nuits de Fourvière pour marquer l'anniversaire du plus vieux club de jazz d’Europe. La soirée s'est achevée dans la cave du Hot Club dans le centre ville.

Une soirée entière aux Nuits de Fourvière dédiée au Hot Club avec, en plus l'immense Erik Truffaz sur scène, Sami Chidiac  le jeune président du Hot Club de Lyon ne boude pas son plaisir : "Pour nous c'est comme une reconnaissance... c'est magique". Le trompettiste suisse est venu rejouer "Bending New Corners" son quatrième album (1999) un savant mélange de jazz de hip-hop et de drum’n’bass. 
Il était accompagné de Nya au chant, du bassiste Marcello Giulliani et du batteur Marc Erbetta.

Reportage France 3 Rhône-Alpes: B. Tardy / B. Metral / A. Jourdan

https://videos.francetv.fr/video/NI_1248027@Culture

Un lieu important

Après le concert qui a rassemblé 1200 personnes, changement d'ambiance. Tout ce beau monde s'est retrouvé dans la cave du Hot Club dans le centre ville. Un lieu qu'Erik Truffaz connaît bien puisqu'il est venu y jouer son premier album. C'était il y a 26 ans. "Ce sont des lieux qui contiennent 70 personnes, et on peut jouer sans être connu et donc sans faire perdre de l'argent au propriétaires. C'est important... très important". 

Sidney Bechet, Miles Davis, Chet Baker ...

En 70 ans, le Hot Club de Lyon a accroché sur ses murs les photos souvenirs du passage des plus grands : Sidney Bechet, Miles Davis, Boris Vian, Gerry Mulligan, Ben Webster ou encore Chet Baker. Gérard Vidon, qui a présidé aux destinées du Hot Club pendant quarante ans, raconte à un Erik Truffaz médusé le passage ici du grand Chet : "A deux heures du matin Chet a retiré un fil là bas dans le coin. Il a sorti sa trompette et a joué jusqu'à six heures. On était six ! C'était le paradis pour moi." Une anecdote qui en dit long sur la magie des lieux.

Au mois de mars le trompettiste new-yorkais Jeremy Pelt était venu lui aussi fêter les 70 ans d'un club devenu une institution.