David Linx revisite "Porgy and Bess" mercredi soir à Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 25/09/2012 à 23H10
David Linx le 24 novembre 2011 à Nogent-sur-Marne, au Pavillon Baltard

David Linx le 24 novembre 2011 à Nogent-sur-Marne, au Pavillon Baltard

© Edmond Sadaka / Sipa

"A different Porgy, another Bess", une relecture très personnelle de l'opéra de George Gershwin, c'est le projet dont rêvait, depuis sa jeunesse, le vocaliste de jazz belge David Linx. Projet concrétisé par la sortie au printemps dernier d'un album enregistré avec la chanteuse portugaise Maria João et le Brussels Jazz Orchestra (BJO, à l'oeuvre dans le film "The Artist"). Ils se produisent mercredi soir au New Morning, pour la création française du disque.

Entre "Porgy and Bess" et le jazz, c'est une longue histoire. En 1958, Miles Davis en a gravé une version instrumentale intemporelle à partir des arrangements de Gil Evans. Un an plus tôt, Louis Armstrong et Ella Fitzgerald avaient enregistré leur propre hommage en duo, quelques années avant Oscar Peterson (en 1976), pour ne citer qu'eux...

David Linx préparait sa propre adaptation depuis cinq ans. Lors d'une tournée avec le Brussels Jazz Orchestra, il a réalisé que l'ensemble dirigé par Frank Vaganée serait le partenaire idéal pour son projet. En 2010, le futur "different Porgy" a trouvé "sa" Bess idéale lors de l'enregistrement de l'album "Follow the Songlines", en duo avec Maria João. Pour le projet Gershwin, il a recontacté la chanteuse portugaise qu'il considère comme une sorte d'alter ego, chacun étant connu pour son approche atypique, novatrice et audacieuse du jazz vocal. "Nous avons proposé tous les deux une forme de courant dans le jazz vocal européen", a-t-il estimé mardi soir lors d'un entretien téléphonique pour Culturebox. "Quand on est une sorte de locomotive, on peut prendre beaucoup de vent dans la figure, beaucoup de critiques ! On peut se sentir isolé. Avec Maria, on s'est reconnu l'un dans l'autre."

Maria João et David Linx

Maria João et David Linx

© Carlos Ramos
"Porgy and Bess", créé à Boston en 1935, est considéré comme un monument de la culture américaine du XXe siècle. Inspiré du roman "Porgy" écrit en 1925 par DuBose Heyward (1885-1940), il a été composé par George Gershwin (1898-1937) sur un livret de son frère Ira (1896-1983) et de l'auteur du livre. L'oeuvre, censée être représentative, emblématique, de la condition noire de l'époque, a suscité par la suite des polémiques quant à son contenu latent.

"Porgy and Bess", oeuvre "condescendante" sur les Noirs
Si David Linx renâcle à utiliser le terme de "raciste", il n'en pense pas moins à propos de "Porgy and Bess" et des clichés que l'opéra véhicule. "Dans son intention, c'est un opéra très condescendant vis-à-vis de la différence." Une condescendance qui suinte selon lui jusque dans les textes, dans certaines expressions verbales attribuées aux Noirs dans le livret. "Imaginez-vous : c'est comme si un Sénégalais écrivait un opéra sur la race blanche, de la Finlande au Portugal, de l'Ecosse à la Grèce, en donnant à tout le monde un accent marseillais ! On peut imaginer que les Finlandais, Ecossais, etc, ne seraient pas très contents..."

David Linx a donc entrepris de "remettre les paroles à jour", n'en déplaise aux puristes et aux musicologues pointilleux. "Je suis avant tout un chanteur. Un instrumentiste peut se permettre de jouer une oeuvre en se limitant à la partition, sans tenir compte du texte. Moi, je dois interpréter ce texte. J'étais donc obligé d'intervenir."


Vidéo de présentation du projet par le Brussels Jazz Orchestra


Outre les retouches dans les paroles, le chanteur a dû faire une sélection des morceaux de l'opéra à retenir pour son projet, pour amener la durée du disque à 1h12, l'opéra durant 2h30 à 3 heures selon les différentes façons de l'exécuter au fil du temps (la partition initiale de Gershwin faisait 4 heures, mais le compositeur y avait lui-même opéré des coupes franches). Onze morceaux ont été retenus, dont trois "tubes" de l'opéra : "Summertime", "I've got plenty of nothing" et "I love you, Porgy". Des pépites moins connues ont été mises en valeur, comme le morceau d'ouverture "A red-headed woman". Autre parti pris artistique, celui de confier chaque morceau à un arrangeur différent. "Ce choix a pour objectif de maintenir une dynamique, afin que l'auditeur conserve une oreille attentive, ne s'installe jamais", explique David Linx.

Concerné de près par la lutte contre le racisme
Si ce projet, et son enjeu sous-jacent de lutte contre le racisme, tiennent autant à coeur à David Linx, c'est parce que le chanteur est sensibilisé à la cause noire depuis sa jeunesse. Alors adolescent en rebellion, grand admirateur de l'écrivain afro-américain James Baldwin (1924-1987), il a réussi à le rencontrer et à en faire son père adoptif. "Vingt-cinq ans après sa mort, je crois qu'il serait fier du travail que j'ai réalisé sur cet opéra, de la façon dont j'ai contourné ses pièges."

Quelque 77 ans après sa création à Boston, l'opéra "Porgy and Bess" n'en a toujours pas fini avec les discriminations de tout ordre. Outre les stéréotypes contenus dans son livret, il demeure sous le coup d'un interdit imposé autrefois par les frères Gershwin : l'opéra ne doit être chanté que par des interprètes noirs. Ce qui partait peut-être d'un bon sentiment s'apparente aujourd'hui à du racisme, souligne David Linx. "J'ai assisté à une représentation de l'opéra à Lyon, à laquelle étaient conviés des héritiers des frères Gershwin, qui veillent à l'application scrupuleuse de la consigne. Comme il y a des Blancs qui chantent dans le choeur, un grand rideau avait été installé pour les cacher..." Mercredi soir, pas de rideau ni autre véto sur la scène du New Morning. Les adaptations en dehors du contexte de l'opéra de l'oeuvre de Gershwin ne sont pas touchées par cette consigne d'un autre temps.

"A different Porgy, another Bess" (2012)

"A different Porgy, another Bess" (2012)

© Naïve
BJO (feat. David Linx & Maria João)
"A  different Porgy, another Bess"
Mercredi 26 septembre 2012, 20H30
New Morning
7 & 9, rue des Petites-Ecuries
75010 Paris
Réservations au 01 45 23 51 41 ou en ligne


> Le MySpace de David Linx
> Le site web de Maria João
> Le site du BJO (Brussels Jazz Orchestra)
> Le site du New Morning