AC/DC : Brian Johnson rend hommage à son ami disparu Malcolm Young

Par @Nijikid
Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Publié le 28/11/2017 à 12H42
AC/DC dans le tour bus le 22 novembre 1985. De gauche à droite : Malcolm Young, Simon Wright, Brian Johnson, Angus Young et Cliff Williams.

AC/DC dans le tour bus le 22 novembre 1985. De gauche à droite : Malcolm Young, Simon Wright, Brian Johnson, Angus Young et Cliff Williams.

© Ebet Roberts / redferns / Getty Images

"Malcolm (Young) était un catalyseur", se souvient le chanteur de AC/DC Brian Johnson dans Rolling Stone. Dans cet entretien, le chanteur rend hommage à son ami Malcolm, guitariste rythmique et cofondateur de la formation de hard rock, disparu le 18 novembre dernier après quatre ans de lutte contre la démence, "ce mal silencieux".

"Malcolm aurait été absolument stupéfait face à la vague d'hommages et de chagrin" qui a suivi sa mort, assure Brian Johnson dans cette longue interview à Rolling Stone. Réalisé au téléphone depuis son domicile en Floride, il s'agit du premier entretien qu'il accorde depuis deux ans, selon la bible du rock américain. Le chanteur, qui risquait la surdité, avait dû être remplacé par Axl Rose sur la dernière tournée d'AC/DC, le "Rock or Bust Tour", l'an dernier.

Bienveillance durant sa première audition

"Je me souviendrai toujours de ma première audition pour AC/DC en 1980", raconte Brian Johnson. Alors que plusieurs chanteurs devaient défiler au micro en vue de remplacer Bon Scott mort en février de cette année-là, "le gars le plus petit de la pièce s'est levé et est venu vers moi. Il a ouvert une bouteille de bière de Newcastle, parce que je viens de là, et il a dit "Allez mon vieux, fais comme chez toi". C'était Malcolm."

"Quand je les ai rejoints la première fois en Australie, il m'a emmené chez ses parents. Ensuite il est venu à Newcastle voir mon père et ma mère, juste pour dire "Hey, je suis Malcolm et c'est le groupe". "Il avait deux T-shirts noirs et une paire de jean's. Mais quoi qu'il fasse il avait toujours l'air cool", remarque -t-il encore.

Il avait l'oeil à tout

"Malcolm était un catalyseur." Il "a dit à chacun comment être dans le groupe", poursuit le chanteur. "C'est Malcolm qui est allé voir (son petit frère) Angus et lui a dit "déchaîne toi à la guitare", révèle-t-il. Plus tard, durant les tournées, Angus Young confiait régulièrement à Brian être obligé de s'entraîner chaque jour parce que son frère était derrière lui constamment.

"Rien de lui échappait", poursuit-il, il avait l'oeil à tout, notamment sur scène. Au plan sonore, il était le seul à percevoir le moindre petit son qui clochait. Et Brian de raconter comment un détail sonore que Malcolm était le seul à avoir entendu durant l'enregistrement aux Bahamas de "Back in Black" (entre avril et mai 1980, premier album avec Brian Johnson au micro) avait conduit après de longues recherches à la découverte d'un petit crabe de sable ayant trouvé refuge dans la grosse caisse... 

Premiers symptômes

"Malcolm a donné un coup de poing au rock'n'roll. Il lui a donné un coup de pied aux fesses", assure encore Brian Johnson dans cette interview. Il évoque comment sont apparus les premiers symptômes de la démence, "ce mal silencieux", durant le "Black Ice Tour" où le guitariste restait "excellent" mais devait souvent "réapprendre certaines chansons", selon lui. "Mais jamais je n'oublierai le dernier soir. Malcolm avait une flamme dans les yeux que l'on pouvait repérer à un kilomètre."