Les Eurockéennes font le plein pour leur 25e édition

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/07/2013 à 15H11, publié le 08/07/2013 à 09H23
Damon Albarn, le chanteur du groupe britannique Blur, aux Eurockéennes de Belfort (7 juillet 2013)

Damon Albarn, le chanteur du groupe britannique Blur, aux Eurockéennes de Belfort (7 juillet 2013)

© Sébastien Bozon / AFP

Les Eurockéennes de Belfort ont enregistré un record d’affluence pour leur 25e édition, avec 127.000 visiteurs en quatre jours. Le festival s’est terminé avec un concert en exclusivité française du groupe Blur emmené par Damon Albarn.

Programmé en exclusivité française, le quator britannique Blur, qui a le  même âge que le festival, a clôturé cette édition anniversaire avec brio dimanche soir. Le groupe emblématique de la "britpop" a donné d'emblée le ton, attaquant son concert avec le fameux "Girls & Boys".
 
Blur clôture le festival
"Il y a 18 ans, nous étions déjà à Belfort", a lancé le chanteur Damon Albarn, avant de dérouler tube après tube, de la ballade mélodique aux titres de rock énergique. Marqué par le départ du guitariste Graham Coxon, le groupe s'est reformé en  2009. Depuis, il souffle le chaud et le froid sur son avenir et notamment sur l'enregistrement possible d'un nouvel album studio.
 
Les Eurockéennes ont donc attiré 127.000 amateurs de musique, dont 17.000 ont dormi au camping, qui participe de l’âme du festival.
 
"Le pari des quatre jours a été gagné, avec beaucoup de monde, une belle ambiance et une bonne programmation. C'est une consécration de l'esprit du festival", a déclaré son président Jean-Marc Pautras, lors de la conférence  consacrée au bilan de cette édition 2013.

https://videos.francetv.fr/video/NI_136391@Culture

33.000 personnes vendredi et samedi soir
Pour leurs 25 ans, les Eurockéennes  sont passées avec succès de trois à quatre jours. Le festival s'était déjà tenu sur quatre jours en 1992 et 1999, mais la fréquentation n'avait pas été au rendez-vous. Les organisateurs n'ont pas encore décidé ce qu'ils feraient pour l'édition 2014.
 
Bénéficiant d'un grand soleil, les soirées de vendredi et samedi ont affiché complet avec 33.000 visiteurs, soit la jauge maximale du site, contre 30.000 pour le jeudi et 31.000 pour le dimanche.
 

https://videos.francetv.fr/video/NI_136413@Culture

Le quart de siècle des Eurockéennes  aura notamment été marqué par le concert de Blur, par l'excellente prestation de la scène française et le succès  de la soirée confiée à la figure de l'électro française Pedro Winter, sur la scène de la Plage.

Les programmateurs saluent la scène française
Les programmateurs Kem Lalot et Christian Allex ont salué "les concerts  magnifiques" et "la maturité scénique de la scène française", notamment  représentée par Fauve, Lou Doillon, La Femme, -M-, Mesparrow, Gesaffelstein et Mass Hysteria.
 
Les Versaillais de Phoenix, qui ont bâti leur renommée à l'étranger avant de trouver la gloire en France, ont également donné samedi un concert majestueux, emportant le public avec une pop-rock percutante, taillée pour la scène.
 
Le même jour, Pedro Winter, créateur du label parisien de musique électronique Ed Banger, avait carte blanche pour programmer six artistes pour une soirée dance floor sur la scène lacustre de la Plage.

https://videos.francetv.fr/video/NI_136389@Culture

Une affluence qui fait du bien aux finances des Eurockéennes
Les tenants de la "french touch" Kavinsky et Cassius, entre autres, ont fait danser près de 10.000 personnes survoltées sur leurs cadences électro.
 
La réussite du festival devrait assurer un excédent budgétaire aux Eurockéennes.
 
Nées en 1989, les Eurockéennes  de Belfort se sont imposées en un quart de siècle comme l'un des plus importants festivals de musiques actuelles de l'Hexagone.