Festival Interceltique : la cornemuse fait battre le coeur de Lorient

Par @Culturebox
Mis à jour le 12/08/2018 à 16H41, publié le 12/08/2018 à 14H24
La cornemuse, incontournable instrument de la culture celte.

La cornemuse, incontournable instrument de la culture celte.

© France 2 Culturebox (capture d'écran)

Plus que quelques heures avant que sonne la fin du 49e Festival Interceltique de Lorient. Une édition qui cette année encore a attiré plus de 750 000 festivaliers. Les groupes de cornemuse font partie des chouchous du public. Ici, c’est l’instrument star. Certains lui vouent une véritable passion.

Inutile d’aller au Festival Interceltique de Lorient si vous ne supportez pas le son de la cornemuse : ici, impossible de lui échapper, il emplit les rues, matin et soir. Mais le public adore ça ! Les concerts les plus prisés sont ceux des groupes de cornemuse. "C’est l’identité de la Bretagne", "Ca donne des frissons", "C’est un son de rassemblement" : les festivaliers ne tarissent pas d’éloge sur cet instrument dont on a encore du mal à déterminer les origines avec exactitude.

Reportage : M. Weber / E. Gouveia-Vermelho / A. Rezkallah / D. Chevalier

https://videos.francetv.fr/video/NI_1276463@Culture

Ecossaise vs Bretonne

En revanche, le consensus se fait pour dire que les Ecossais sont les meilleurs de la discipline et c’est eux qui font tourner la planète piping (le piping, c’est le jeu de cornemuse. On parle d’ailleurs de pipe-band). Mais il y a autant de cornemuse que de nations celtes. L’écossaise est, paraît-il, très complexe, et son apprentissage difficile. Mais pas impossible !

La preuve : Xavier Boderiou est l’un des rares Bretons à avoir intégré un pipe-band écossais, Shotts and Dykehead Pipe Band, le groupe le plus titré au monde. Celui qui a été sacré champion du monde de pipe band en 2009 à Glasgow est devenu fabricant de cornemuse écossaise. Installé près de Quimper, il en fabrique une quinzaine par an. Des petits bijoux, dont le prix va de 1600 à 6500 euros pour le haut de gamme. Pour lui, le son de la cornemuse est meilleur en Bretagne qu’en Ecosse. Aucun chauvinisme de base derrière cette affirmation : "Les cornemuses fonctionnent mieux en Bretagne car l’ai est plus humide et l’humidité ambiante faut bien vibrer les anches comparativement à l’Ecosse où l’air est plus sec".

Peau de chien

Bois d’ébène et peaux de bêtes servent à confectionner les cornemuses. Ce qui donne lieu à des histoires étonnantes qu’un collectionneur fait découvrir à Lorient. Ancien sonneur au Bagad de Lann-Bihoué, Alain Le Buhé  les collectionne depuis 1958 et en possède près d’une centaine. Il raconte l’histoire de cette cornemuse venue de Croatie : elle a été confectionnée avec la peau d’un chien qui appartenait à un maître, trop triste d’avoir perdu son fidèle compagnon... Une histoire à découvrir dans une exposition proposée par Alain à Lorient pendant le Festival.


Coup d'oeil sur le bilan 

Un Festival qui cette année pourrait battre le record de fréquentation de 2017, à avoir 750 000 spectateurs. Mais record ou pas, le public était là pour les concerts, expos, soirées danses ou dédicaces.

Reportage : France 3 Bretagne - I. Rettig / L. Cognard / G. Hamon

https://videos.francetv.fr/video/NI_1276465@Culture

Après le Pays de Galles cette année, c'est la Gallice qui sera à l'honneur en 2019.