Trans Musicales de Rennes 2012 : 12 concerts à ne pas louper

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 04/12/2012 à 16H43
Birth Of Joy et son rock puissant, l'un de nos coups de coeur pré-Trans Musicales 2012.

Birth Of Joy et son rock puissant, l'un de nos coups de coeur pré-Trans Musicales 2012.

© birthofjoy.com

Faire découvrir une centaine de formations encore inconnues pour la plupart, c'est le pari réussi chaque année par les Trans Musicales. Pour sa 34e édition, qui se tient du 5 au 9 décembre, le festival rennais continue de défricher l'avant-garde avec un appétit sans limites. Pour trouver son chemin dans cette jungle musicale foisonnante, nous avons sondé Jean-Louis Brossard, patron et programmateur en chef de la manifestation. Et croyez nous, ce n'est pas une mince affaire de lui faire faire le tri dans le programme. Autant demander à un papa-poule de choisir entre tous ses enfants : il les aime tous ! Nous avons donc dû trancher. Débroussaillage en règle avec 12 concerts où il faudra être.

DU COTE DES NOUVEAUX ALBUMS ET DES SHOWS LIVE JOUES EN AVANT-PREMIERE :

Rachid Taha Zoom Project (vendredi 22h50 Hall 9)
Le chantre du grand mixe entre rock et musiques maghrebines, qui a inspiré en son temps le Rock The Casbah de Clash, offre aux festivaliers des Trans la primeur de son prochain album, Zoom , produit par Brian Eno et attendu au mois de mars. Surtout, une belle brochette d’invités devrait venir chanter avec lui sur ce hardi mélange de raï, d’électro, de gnawa et de rock. L’ex-Clash Mick Jones ainsi que Rodolphe Burger sont d’ores et déjà confirmés. Il se murmure aussi que Brian Eno et le grand pote de Rachid Taha Eric Cantona, entouré d'une poignée d'amis, pourraient venir assurer les chœurs. Une dream-team à onze est si vite arrivée…

"Rock El Casbah" : Rachid Taha reprend Clash qui s’étaient eux-mêmes inspirés de lui…

Vitalic VTLZR Live (vendredi 01h15, Hall 9)
Sans en dévoiler plus, Jean-Louis Brossard évoque une “grosse installation technique” pour le nouveau show de Vitalic dont la première française a lieu aux Trans Musicales. Cette installation visuelle impressionnante, qui a accompagne la tournée de son tout nouvel album Rave Age,  a été mise au point comme la précédente par le duo d’architectes-designers 1024 (déjà derrière le Cube d'Etienne de Crécy). Sur scène, le musicen  électronique est désormais accompagné d'un batteur et d'un clavier.

"Stamina" de Vitalic, extrait de l'album "Rave Age"

Blackstrobe (samedi 22h30 Hall 9)
Arnaud Rebotini vient lui aussi présenter son nouveau live aux Trans en compagnie de quatre musiciens. Il défend par la même occasion son prochain EP, qui est selon Jean-Louis Brossard "dans le même esprit" que son maxi Boogie In Zero Gravity, inusable en décembre malgré écoute intensive depuis le début de l'été.

"Boogie in Zero gravity" de Black Strobe

Team Ghost (jeudi, 21h30 Hall 3)
Ce groupe fondé par l’ancien M83 Nicolas Fromageau (chant, guitare) est décrit comme un croisement entre Cocteau Twins et My Bloody Valentine. Après deux maxis salués par la critique anglaise, Team Ghost lève le voile au festival sur son premier album à paraitre début 2013.

Team Ghost "Dead Film Star"

Burning House (Jeudi 22h15, Hall 4)
Quand le génial beatmaker de Blackalicious Chief Xcel rencontre le maître des claviers Hervé Salters de General Elektriks ça donne "La maison qui brûle". Ils se sont rencontrés à San Francisco, ont aussitôt accroché et préparent un album pour 2013. "Ils sont très occupés et ne vont répéter pour ce projet que quatre jours avant le festival", précise Jean-Louis Brossard. Mais il promet qu’ils vont tout cramer.

AU RAYON DES VENUES EXCEPTIONNELLES ET DES CREATIONS SPECIAL TRANS MUSICALES :

Zam Rock (Samedi 20h05 La Cité)
Alerte pépite : au tournant des années 60 et 70, quand l’Afrique de l’Ouest vibre à l’unisson aux sons de l’afro-beat de Fela Kuti, des musiciens zambiens font de la résistance. Ils se piquent de rock psyché, de guitares fuzz et de soul, qu’ils mélangent à leurs courants locaux, le highlife ou le kalindula. Rikki Lillonga et Jaggari Chanda (leader du groupe Witch) sont les fers de lance de ce courant métissé méconnu. A l’heure où on les redécouvre grâce aux rééditions du label américain Now Again (division de Stone Throw), les deux musiciens se produisent pour la première fois en France aux côtés de l’Allemand Jay Whitefield. Quand il en parle, Jean-Louis Brossard a des étoiles dans les yeux... et nous la machoire qui en tombe de surprise. 

"Tooth Factory" de Witch Zambia

Le conte musical "Licornia" du collectif Iceberg (du mercredi au samedi, 20h à l’Aire Libre)
Après le label clermontois Kütu Folk l’an dernier, Jean-Louis Brossard a donné carte blanche à Iceberg. Il s’agit d’un collectif  bordelais à géométrie variable, sorte de poupée russe qui contient des groupes dans les groupes, de Crane Angels à Petit Fantôme en passant par Botibol et  JC Satan. Avec l’aide des copains François & The Atlas Mountains, ils ont créé pour le festival un conte musical en 10 chansons, Licornia à la croisée de l’héroïc fantasy, des teen-movies des années 80 et du néo-dadaïsme. Un chaudron libre aussi intrigant que prometteur.

Le trailer de Iceberg présente "Licornia"

NOS GROUPES COUPS DE COEUR :

Von Pariahs (vendredi, 01h15 Hall 3)
Ces épatants Nantais sont un des jeunes groupes de rock français les plus prometteurs, et ce alors que le rock d’ici est actuellement au top de sa forme. Le style des Von Pariahs ? Une new wave ombrageuse et incandescente qui rappelle beaucoup Joy Division. Leur terrain de jeu de prédilection ? La scène, justement, où ils ont forgé leur son et où ils excellent. Dans le genre revival cold wave, qui fait un retour remarqué ces temps-ci, on pourra aussi apprécier au festival Gomina, O Children, Agent Side Grinder et Get Your Gun.

Von Pariahs "Someone New"

Birth Of Joy (vendredi, 02h50 Hall 3)
Juste après les Von Pariahs, ne loupez pas ce groupe néerlandais survolté. Les amateurs de bon rock qui tache peuvent compter sur Birth of Joy pour envoyer la dose de riffs musclés à la Queens of the Stone Age capable de les réveiller à cette heure tardive. Et peut-être de les envoyer direct au paradis. Une grosse claque qui n’empêche ni la complexité psychédélique ni les envolées d’orgue Hammond à la Doors. "Eux, c'est de la bombe", assure Jean-Louis Brossard, qui les a vus live début 2012. "Ceux-là, je ne voulais pas me les faire piquer". Aux Trans et nulle part ailleurs, donc.

Birth of Joy "Devil’s Paradise"

TGNHT (samedi, 01h00, Hall 9)
Voici sans doute le nom présent aux Trans dont vous allez le plus entendre parler en 2013. TNGHT (prononcez "Tonight") est le nouveau projet très porté sur les méga basses et les blips bizarroïdes de deux artificiers électro frappadingues, l’Écossais Hudson Mohawke et le Canadien Lunice. Leur premier EP est sorti cet été chez Warp et avouons-le, il casse les oreilles. Mais c'est dans le hip-hop qu'ils ont le plus fait parler d'eux ces dernières semaines. D'abord, le protégé de Dr Dre Kendrick Lamar livrait un freestyle malicieux à la BBC sur leur titre "Higher Ground". Puis ces jours-ci, c'est Kanye West qui a carrément fait une apparition surprise à un de leurs shows new yorkais pour tenir le micro sur "Gold", la chanson du rappeur qu'ils ont remixée. Bref, difficile à écouter à la maison mais en tant que beatmakers et ambianceurs live, TNGHT est le tandem à suivre.

"Higher ground" de TNGHT

Skip & Die (samedi, 04h15 Hall 4)
Voilà le projet réjouissant issu de la rencontre entre une chanteuse et plasticienne sud-africaine et un musicien néerlandais. Ensemble, ils ont sillonné l'Afrique du Sud et fait étape auprès d'une dizaine de musicien locaux. Un morceau est né de chacune de ces haltes de quelques jours. Leur album sorti en 2012 "Riots in the Jungle", se présente donc comme un carnet de voyage musical aussi audacieux que chaleureux. Jean-Louis Brossard ajoute : "La chanteuse a une présence scénique incroyable, il ne faut pas les louper : ça risque d'être atomique !".

"Love Jihad" de Skip & Die

Sinkane (samedi, 01h05 Hall 4)
Encore une rencontre fertile entre rythmes africains, électronique, rock et jazz. Emmenée par le batteur Ahmed Gallab, Américain d'origine soudanaise, cette formation surprend à chaque titre de son premier album, "Mars". On y entend des échos de Fela, Talking Heads, Roxy Music, Curtis Mayfield et Pharoah Sanders. Le tout avec une remarquable fluidité qui confine parfois à la sorcellerie. Ce sera leur premier concert en France, comme des dizaines d'autres au festival.

"Runnin" de Sinkane

En bonus, sachez que Jean-Louis Brossard attend beaucoup des Américains Zammuto, des Colombiens Ondatropica et des Anglais China RatsThe Struts et du jeune Paul Thomas Saunders ("je suis fan total", confie le patron des Trans, qui le compare aux grandes voix telles Nick Drake, Tim Buckley et Justin Vernon).

Pour notre part, ce sont les petits Français que le monde nous envie, Melody's Echo Chamber, soutenus par Pitchfork et en très bonne place dans toutes les playlists de fin d'année anglo-saxonnes, dont on attend de voir si la pop évanescente passe bien l'épreuve de la scène. Quant à l'électronicien de Cologne Barnt, dont le titre "Geffen" a hanté cette année tous les sets de Dj's techno, il devra prouver qu'on peut  aussi lui confier les clés du dance-floor à 3h30 du mat' les yeux grands fermés. Nan, vous n'êtes pas couchés.

Festival Trans Musicales 2012
à Rennes, du 5 au 9 décembre
Programmation complète ici