Thom Yorke de Radiohead : écoutez sa BO hantée pour le film "Suspiria"

Mis à jour le 08/11/2018 à 15H13, publié le 26/10/2018 à 20H34
Thom Yorke à la Mostra de Venise le 1er Sept 2018.

Thom Yorke à la Mostra de Venise le 1er Sept 2018.

© Joel C Ryan/AP/SIPA

Le nouvel album solo du chanteur de Radiohead est un projet un peu spécial dans sa discographie. Thom Yorke signe en effet sa première musique de film. Et il s'agit de la bande originale du film "Suspiria", de Luca Guadagnino. Un film d'horreur, remake de celui du réalisateur Dario Argento sorti en 1977, attendu sur les écrans français le 14 novembre.

Pour le "Suspiria" de Dario Argento, c'est un groupe italien de prog rock, Goblin, qui avait signé la bande originale restée dans les annales. Thom Yorke, lui, reste dans la veine électronique qu'il affectionne. Cet album est composé de 25 morceaux plus ou moins longs mais forcément flippants, lugubres et hantés. 

"Quand je travaillais en studio, je jetais des sorts", explique Thom Yorke. A vous dresser les cheveux sur la tête sans même une image à se mettre sous la dent. Le signe d'une réussite, à point pour Halloween.

Cinq chansons à écouter sans se faire peur

Avec "Suspirium", le premier single, trois chansons brillent particulièrement si l'on ne veut pas jouer à se faire peur. "Unmade", un titre très orchestré, "Suspirium finale", la suite du single, et "Has Ended", une merveille un peu krautrock. Justement, "Le krautrock et toute la musique de cette période" ont influencé cette BO, assure Thom Yorke. Le film se déroule d'ailleurs à Berlin en 1977. Enfin "The Universe is Indifferent" est une autre chanson complète assez psychédélique, à la frontière de la messe noire.

Update du 8 novembre : Thom Yorke était l'invité jeudi 8 novembre d'Augustin Trapenard sur France Inter pour parler de "Suspiria" et d'une foule d'autres choses. "Ce projet inhabituel m'a poussé à dépasser mes propres limites musicales. Il se trouve aussi que je cherchais un prétexte pour faire de  la recherche expérimentale à la même époque.", a-t-il dit. "J'ai l'impression qu'il existe comme une nouvelle colère aujourd'hui, et qu'il n'y a plus de moyens de l'exprimer. La musique qui m'enthousiasme est celle qui s'inscrit dans une rupture avec les mélodies classiques", a-t-il confié également. Réécoutez l'émission intégralement ci-dessous.