Renan Luce et Jil is lucky au festival Bebop

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 02/11/2009 à 10H25
Renan Luce et Jil is lucky au festival Bebop

Renan Luce et Jil is lucky au festival Bebop

© Culturebox

https://videos.francetv.fr/video/NI_479573@Culture

La 23ème édition du festival Bebop du Mans, dans la Sarthe, s'est déroulé du 28 au 31 octobre 2009, avec à l'affiche des concerts d'Olivia Ruiz, Renan Luce, Beat Torrent ou encore le surprenant Jil is Lucky.

Jil a vraiment de la chance. A 12 ans, Jil Bensénior jouait, déjà, de la guitare dans les bars pour accompagner son grand frère. Il se cachait derrière les amplis pour échapper aux contrôles de police et tirait sur ses premières cigarettes. Le mythe était né, il ne restait plus qu'à le colporter. Alors, Jil a voyagé. La Cordilière des Andes, l'Inde, New-York-Harlem, Guetto de Pragues, Sidi Bel-Abbès...et à chaque étape, des rencontres et de nouveaux disciples. Et quand il se pose pour mettre sur papier ses sermons musicaux, c'est au pied du Rocher de la Sainte-Victoire qu'il le fait, et c'est par internet que sa musique se transporte. On l'aperçoit alors dans une laverie, à un balcon, ou dans une cuisine, en quelques mois, il multiplie les apparitions. Son style : le folk, lui ouvre les portes d'un langage universel. Son look : mi-chaman mi-messie, lui donne la stature d'un gourou. En 2007, il publie ses premières prophéties en version Maxi "The Wanderer". En 2009, il sort sa première encyclique "Jil is Lucky" et multiplie, pour ses 24 ans, les apparitions en public. Et comme ce fût le cas au festival Bebop du Mans, la communion s'opère. Selon les spécilalistes, le divin songwritter français, "frère" de Charlie Winston et descendant direct des Léonard Cohen ou Bob Dylan, devrait faire des miracles. Mais, nul n'est prophète en son pays. En attendant, Jil is lucky...et son public very happy.