Plongée au cœur du Teknival 2018 avec 20.000 "teufers illégaux" et enchantés

Par @Culturebox
Publié le 30/04/2018 à 11H48
Teknival, 28 avril 2018

Teknival, 28 avril 2018

© François NASCIMBENI / AFP

Entre 20.000 et 25.000 personnes étaient rassemblées dimanche sur l'ancienne base militaire de l'Otan à Marigny (Marne), pour les 25 ans du Teknival, un festival de musique techno mené en toute illégalité, a annoncé la préfecture du département.

Malgré deux arrêtés préfectoraux pris dès les premières arrivées vendredi vers 22H30, les festivaliers continuaient d'affluer dimanche sur ce site. "En matière de secours à la personne, on dénombre 43 entrées au poste médical avancé dont deux ayant nécessité une hospitalisation", a indiqué la préfecture dans un communiqué, qui n'a relevé aucun incident majeur.

Reportage de P. Barjavel, L. Meney, A. Di Ruggiero
Une centaine de personnes ont été prises en charge depuis samedi par les secours de la Croix rouge et de la protection civile pour "des soins médicaux bénins", a-t-elle ajouté. Jusqu'à 60 pompiers et 220 gendarmes sont mobilisés pour assurer "la sécurité publique, la sécurité civile, la sécurité sanitaire et la sécurité routière sur le site et ses abords", localisé à 1km de la commune, selon la préfecture.

Les défenseurs de la nature mécontents

Cette rave party non autorisée doit durer jusqu'à mardi. Des dizaines de sound systems - des murs d'enceinte de sonorisation de plusieurs mètres de haut - ont été installés sur la langue de bitume entourée de champs, un site protégé et classé "Natura 2000" en raison de sa biodiversité.

La Ligue de protection des oiseaux et le Conservatoire des espaces naturels de Champagne-Ardenne tiendront lundi matin une conférence de presse sur place pour "évoquer les problématiques environnementales et les suites judiciaires qui seront engagées", ont annoncé les organisateurs. Des "raveurs" s'étaient déjà installés à Marigny en 2001, 2003 et 2005.

L'édition 2018 du Teknival marque les 25 ans de ce festival qui se déroule chaque année dans un lieu différent, tenu secret jusqu'aux dernières heures.