Paul McCartney, 70 ans ce lundi, fera l'ouverture des JO de Londres

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 16/06/2012 à 14H50
Concert de Paul McCartney lors du Jubilée de la reine, 04 juin 2012

Concert de Paul McCartney lors du Jubilée de la reine, 04 juin 2012

© LEON NEAL / AFP

Le 27 juillet prochain, les Jeux Olympiques d'été 2012 débuteront dans la capitale anglaise pour quinze jours de rencontres sportives. Une cérémonie d'ouverture inaugurée en chanson par un concert mémorable du plus British des Beatles : Sir Paul McCartney qui fête lundi ses 70 ans.

Le 4 juin dernier, Paul McCartney a déjà enflammé les foules lors d'un concert pop donné devant le palais de Buckingham Palace pour célébrer les soixante années de règne de la reine Elizabeth II. Des cérémonies officielles auxquelles l'ex-Beatle est habitué depuis le début de sa carrière. Une carrière sans faux-pas qui inspire encore aujourd'hui des générations de musiciens.

https://videos.francetv.fr/video/NI_483333@Culture

En marge de la cérémonie, un immense concert sera organisé à Hyde Park. Duran Duran, Snow Patrol, Stereophonics seront à l'affiche. De même, New Order, The Specials et Blur s'y produiront le 12 août, pour fêter la fin des JO.

"When I'm Sixty Four" plus six
En 1967, Paul McCartney chantait "When I'm sixty Four" (Quand j'aurai soixante-quatre ans) sur l'album "Sergent Peper" ; il en a maintenant 70 et ne pense surtout pas à la retraite. "Puisque j'aime vraiment ce que je fais, pourquoi prendre ma retraite?", lançait-il l'an dernier dans le magazine musical Mojo. "Les gens me disent 'Vous travaillez tellement dur'. Mais nous ne travaillons pas dur, nous faisons de la musique !"

"When I'm Sixty-Four" : extrait de "Yellow Submarine"

"Macca", comme le surnomment affectueusement les Britanniques, a sorti en février "Kisses on the Bottom", le dernier en date d'une quinzaine d'albums solo, et vient de conclure une tournée mondiale.

Le secret de jouvence de ce grand-père est peut-être à chercher du côté de son mariage en octobre dernier avec l'Américaine Nancy Shevell, 51 ans. Une troisième union qui a permis à Paul McCartney de tourner complètement la page de son orageux et très coûteux divorce avec Heather Mills en 2008.

Paul McCartney, l'artiste le plus riche du Royaume-Uni, assure pour autant ne pas avoir oublié ses origines. "Au plus profond de moi-même, je suis toujours ce même gars de Liverpool."

Né le 18 juin 1942 dans une famille modeste de cette ville industrielle du nord-ouest de l'Angleterre, McCartney rencontre John Lennon à 15 ans et forme avec lui les Quarrymen, qui deviendront ensuite les Beatles, avec l'arrivée de George Harrison et Ringo Starr.

Le groupe le plus influent de l'histoire de la musique pop est aussi le plus vendeur. Leur maison de disques EMI estime à plus d'un milliard le nombre de disques écoulés. Mais l'argent et le show business auront raison d'une belle amitié d'enfance. Le tournage de "Let It Be", autour de l'album éponyme, sonne le glas des "Fab Four" le 10 avril 1970.

"Live and Let Die" par Paul McCartney & Wings :

McCartney crée le groupe Wings avec sa femme, la photographe Linda Eastman, aux claviers. Avec elle, l'ancien amateur de LSD mène une vie de père tranquille et défend la nourriture végétarienne. Le couple élève quatre enfants, Mary, Stella, devenue depuis créatrice de mode, James et Heather, née d'un précédent mariage de Linda. La reine Elizabeth II le consacre Sir Paul en 1997.

Après la disparition de John Lennon, assassiné en 1980, et celle de George Harrison, mort d'un cancer en 2001, il est avec Ringo Starr le dernier membre des Beatles encore en vie. "Nous sommes de bons amis. Nous sommes les seuls à avoir vécu tout cela et à être encore vivants", résume Ringo Starr.