Luz et le batteur des Strokes font toile commune à Paris

Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 10/06/2012 à 16H49
Luz et Fabrizzio Moretti des Strokes galerie Perrotin (Paris)

Luz et Fabrizzio Moretti des Strokes galerie Perrotin (Paris)

© Galerie Perrotin

Que se passe-t-il quand le plus rock des dessinateurs de Charlie Hebdo rencontre le plus arty des musiciens du groupe new-yorkais The Strokes ? Ils se mettent à dessiner ensemble sur un coin de bar jusqu'à ce qu'une prestigieuse galerie parisienne décide de faire les choses en grand. C'est ainsi que Luz et Fabrizio Morreti se retrouvent à faire cause commune en direct devant les visiteurs sur les murs de la Galerie Perrotin (Paris 3e) jusqu'au 16 juin.

Ce travail à quatre mains, qui a débuté le 5 juin dans le cadre du Fuzlab, se déroule sur une fresque de papier de 80 mètres de long qui recouvre les murs de la galerie. 

Luz et Fabrizio Morreti ont toute liberté mais travaillent sur un thème commun : celui de Thésée et le Minotaure. Un mythe grec riche en monstres (le Minotaure est un monstre mi-homme mi-taureau), suspense, trahisons et rebondissements (à la fin, le père de Thésée, Egée, se suicide sur un malentendu), qui a l'air d'inspirer fortement le dessinateur satirique moustachu et le batteur chevelu.

Luz en plein effet sur les murs de la galerie Perrotin.

Luz en plein effet sur les murs de la galerie Perrotin.

© Fuzlab - Galerie Perrotin
Luz et Fabrizio Morreti sont à pied d'oeuvre sur ce "Work in progress" sept heures par jour, de mardi 13 à samedi 16 inclus (11h à 18h). On peut passer les voir... sur la pointe des pieds. Et, suggère Luz, "avec des bières fraîches" si c'est "en fin de journée".

FUZLAB Galerie Perrotin
Jusqu'au 16 juin 2012

10, Impasse Saint Claude
75003 Paris

The Strokes "Hard to explain"