Le footballeur Yoann Gourcuff connaît la musique !

Par @Nijikid Journaliste, responsable de la rubrique Rock-Electro-Rap de Culturebox
Mis à jour le 11/07/2013 à 21H04, publié le 11/07/2013 à 16H16
Yoann Gourcuff, le 5 juin 2013 à Montevidéo (Uruguay)

Yoann Gourcuff, le 5 juin 2013 à Montevidéo (Uruguay)

© Franck Fife / AFP

Le meneur de jeu de l'Olympique lyonnais aime la musique. Et dans un milieu où le rap prédomine dans les iPod et les vestiaires, Yoann Gourcuff fait preuve d'originalité : il apprécie les musiques électroniques et la deep house en particulier. Et on n'en savait rien !

Initié par son grand-frère
C'est son fère, de cinq ans plus âgé que lui, qui l'a "initié aux musiques électroniques", raconte Yoann Gourcuff dans le dernier numéro de Tsugi Mag.

Des confidences rares pour le footballeur connu pour ne jamais donner d'interwiews, livrées à l'occasion d'un numéro d'été qui met à l'honneur le dj et producteur lyonnais Agoria, l'un des piliers de la french techno. L'intérêt entre ce dernier et l'un des footballeurs les mieux payés du championnat est réciproque : le premier est supporter de l'OL depuis l'enfance alors que Yoann Gourcuff assiste régulièrement aux sets du dj.  
"212" d'Azealia Banks, une artiste qu'aime beaucoup Yoann Gourcuff.
"J'aime les trucs qui bougent avant de rentrer sur le terrain"
Mais il se garde bien de s'en vanter dans les vestiaires, où il ferait figure de paria. "Avant les matchs, les gars branchent leur lecteur MP3 sur les enceintes. C'est le rap qui domine : Booba, La Fouine. Tout ce qui est bien commercial", remarque-t-il, en regrettant qu'ils n'aient l'air de connaître ni N.E.R.D ni Azealia Banks, qu'il "aime beaucoup", ni même Kanye West.

"Moi, je les laisse faire, je mets mon casque et je me passe Agoria bien sûr (rires) et surtout Paul Kalkbrenner (...) J'aime bien les trucs qui bougent avant de rentrer sur le terrain". Et ce qu'il aime particulièrement en ce moment, ce sont les labels Hot Creation et Crosstown Rebels et des artistes comme Miguel Campbell ou Infinity Ink. C'est à dire la crème de la deep-house. 
Miguel Campbell "Something Special", artiste du label Hot Creation.
La playlist de Gourcuff ?
En sondant indiscrètement le contenu de son iPod, en ce jour de mai 2013, le journaliste de Tsugi Magazine découvre aussi Radiohead, N.E.R.D, MGMT, Santigold, Arctic Monkeys, Bashung, Metronomy. Une sélection assez pointue, qu'il ne s'interdit pas de faire voisiner avec Goldman, Dido ou Eros Ramazzotti. Le bon goût a ses limites, preuve que Gourcuff est sincère et qu'il n'est pas un hipster ! Nous, ce qu'on voudrait, c'est être une petite souris pour voir Yoann Gourcuff se donner sur le dance-floor avec la même fougue qu'il met sur la pelouse...